lundi, septembre 22 2014

La fraude aux cotisations sociales est l'équivalent du « trou de la sécu »

22 09 2014

fraude_cotisations_sociales.jpgSus aux patrons indélicats ! Après avoir régulièrement dénoncé la fraude aux prestations sociales, la Cour des comptes a decidé de sonner l'alarme à la fraude aux cotisations. Selon son rapport annuel sur la Sécurité sociale, qui doit être publié mercredi 17 septembre, le niveau des « irrégularités » et des « fraudes », toutes branches confondues, s'est établi à un niveau record en 2012 avec un montant estimé entre 20,1 et 24,9 milliards d'euros.
Ces nouvelles estimations sont beaucoup plus élevées que celles qui circulaient jusqu'ici. En 2011, un rapport parlementaire avait évalué entre 8 et 15 milliards le niveau de la fraude au prélèvement – principalement le travail au noir – contre 2 à 3 milliards seulement pour la fraude aux prestations. Il faut rappeler que le « trou » de la Sécu devrait être de 13,4 milliards d'euros en 2014. Résoudre la fraude aux prélèvements permettrait donc de résorber immédiatement le déficit.

Photo : sudouest.fr

samedi, septembre 20 2014

A quoi servent les « voisins vigilants » ?

20 09 2014

voisins_vigilants.jpgLe phénomène prend une ampleur considérable en France, sur le modèle anglo-saxon du Neighbourhood Watch.
Les pancartes, œil stylisé sur fond jaune, "fleurissent" à l'entrée des communes, ou en autocollants sur les boîtes aux lettres des particuliers qui rejoignent le site voisinsvigilants.org. Il revendique quelque 6 000 communes adhérentes en France (droite et gauche confondues), en moyenne 150 nouveaux adhérents chaque jour et une efficacité redoutable : 40 % de cambriolages en moins, même si les chiffres sont bien difficiles à vérifier.
En juin 2011, Claude Guéant avait diffusé une circulaire incitant les préfets à promouvoir l'opération "participation citoyenne" dans certains départements-pilotes comme les Alpes-Maritimes ou le Haut-Rhin. Mais l'initiative n'avait récolté que peu d'adhésion, suscitant même plutôt de l’hostilité dans certaines régions encore marquées par la délation des temps de guerre.
En septembre 2013, Manuel Valls avait lui aussi "validé" cette "politique partenariale", tout en mettant en garde contre le risque d'autodéfense. Mais le dispositif officiel reste encore assez confidentiel aujourd'hui alors que l'initiative privée, elle, a fait nombre d'émules.

Photo : francetvinfo.fr

vendredi, septembre 19 2014

« Marre de l'école » : les motifs de décrochage scolaire

19 09 2014

enfant_fatigue.jpgDepuis plusieurs années, la question du décrochage scolaire a fait l’objet de nombreuses recherches visant à lister les facteurs de décrochage, à repérer les élèves « à risque » ou encore à évaluer les politiques et les dispositifs mis en oeuvre pour y remédier. Les études interrogeant directement les jeunes sur les raisons de leur décrochage sont plus rares, en dehors des recherches qualitatives qui établissent des portraits de décrocheurs et dégagent le processus conduisant à cette rupture de scolarité. Qu’est-ce qui amène les jeun es à interrompre, au moins temporairement, leurs études : l’envie de rejoindre la vie professionnelle des difficultés personnelles ou financières, des relations conflictuelles au sein de l’établissement, une formation non choisie, etc. ? Autant de raisons régulièrement évoquées par les enseignants et les professionnels des missions de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS) ou des missions locales, sans qu’il soit toutefois possible d’établir la fréquence des motifs et de les associer aux caractéristiques sociales et scolaires des jeunes. Une recherche conduite entre mai et juin 2013 auprès de 1155 jeunes ayant interrompu leurs études secondaires tente d’apporter des éléments de réponse en dressant une typologie des principales raisons du décrochage directement évoquées par les jeunes concernés.

mercredi, septembre 17 2014

Sociologie de la délinquance : une synthèse

17 09 2014

socio_de_la_delinquance.jpgRedonnant tout son sens au programme de recherche tracé par Edwin Sutherland dès les années 1920, ce livre explore les trois aspects fondamentaux de la délinquance.
D'abord, la production des normes, qui ne cesse de redéfinir les contours d'une notion propre à une société donnée, à un moment donné de son histoire.
Ensuite, les mécanismes de transgression, qui sont à la fois complexes et variés. Loin de se limiter aux phénomènes les plus visibles, tels que les délinquances juvéniles ou les violences physiques et sexuelles, la sociologie nous entraîne aussi dans les méandres de la délinquance des élites économiques et politiques, ainsi que dans les multiples formes de violences politiques et de crime organisé.
Enfin, les réactions sociales qui vont de l'indifférence aux poursuites policières et judiciaires, au terme de profondes inégalités sociales.

mardi, septembre 16 2014

Crime, justice et lieux communs : un livre incontournable !

16 09 2014

crime_justice_lieux_communs.pngDans une période où les thèmes de l’insécurité, de la délinquance et de la justice répressive envahissent le champ des médias et font l’objet de multiples polémiques, ce livre est conçu comme un outil permettant à chacun de construire sa propre réflexion autour d’un ensemble de lieux communs trop rarement questionnés. Ces derniers saturent nos conversations courantes et il est parfois difficile de se situer par rapport à la simplicité de ces idées. Ils sont, ici, pris au sérieux mais sont situés dans un contexte qui les déconstruit en les complexifiant.
Les lieux communs suivants sont ainsi abordés : 1) Les délinquants sont de plus en plus violents et de plus en plus jeunes, 2) Frauder n’est pas tuer, 3) Une mère qui tue son enfant est un monstre, 4) Plus jamais ça !, 5) Les délinquants sexuels récidivent toujours, 6) Et une fois de plus, c’est un étranger qui a fait le coup !, 7) La délinquance ne cesse d’augmenter, 8) La police arrête les délinquants et, deux heures plus tard, ils sont dehors, 9) La justice n’en fait pas assez pour les victimes, 10) Les peines ne sont pas assez sévères, 11) Les prisons sont devenues des hôtels cinq étoiles.

lundi, septembre 15 2014

Détournements de fonds publics, abus de confiance et blanchiment au Sénat

15 09 2014

Logo_UMP.jpgAprès la révélation en mai par Le Parisien de l'ouverture d'une information judiciaire concernant de possibles détournements de fonds au profit de plusieurs sénateurs UMP, Mediapart publie ce 15 septembre une partie de la « liste des bénéficiaires » de l'argent public. Selon le site internet, plusieurs de ces élus du groupe UMP à la chambre haute devraient être auditionnés prochainement dans le cadre de l'information judiciaire.
Au cœur des soupçons, une association de loi 1901, l'Union républicaine du Sénat (URS), aurait perçu des fonds de la part du groupe UMP du Sénat. Ces fonds – versés directement en chèques et en liquide par la questure de la chambre haute, qui gère le budget du Sénat – auraient ensuite été reversés sur les comptes de l'URS, puis aux membres de l'association, majoritairement fréquentée par d'anciens giscardiens et centristes.

dimanche, septembre 14 2014

Drones : le triomphe d'une nouvelle arme ?

14 09 2014

drone_2.jpgLe nombre de drones est en augmentation constante dans le monde. Les États-Unis, de très loin les mieux équipés en la matière, disposent aujourd'hui de plus de 600 appareils. D'autres nations investissent également dans cette nouvelle technologie d'armement : soixante-seize pays posséderaient déjà des drones et on peut estimer que ces armes continueront à se répandre. Un de leurs avantages réside dans leur prix, très compétitif par rapport aux avions de combat : un drone du type Reaper M-9 coûte 10,5 millions de dollars, contre 150 millions de dollars pour un avion de chasse F-22. Aussi les dépenses liées à l'acquisition de matériaux et à la recherche dans le domaine des engins volants sans pilote embarqué ne cessent-elles d'augmenter. En ce qui concerne les seuls États-Unis, le budget dans ce domaine est passé de 667 millions de dollars en 2001 à 4,5 milliards en 2012. À l'échelle mondiale, il s'élève actuellement à 6,6 milliards de dollars.
Si, pour l'heure, la plus grosse partie des dépenses est liée aux emplois militaires, l'utilisation civile des drones se développe elle aussi rapidement.

Photo : lepoint.fr

vendredi, septembre 12 2014

Sociologie des élites délinquantes : du crime en col blanc à la corruption politique

12 09 2014

livre_lascoumes_nagels.jpgLa dénonciation régulière des « affaires » et des « scandales » laisse croire que les élites économiques et politiques ne sont pas à l’abri des mises en cause et des procès. Ces événements masquent pourtant une toute autre réalité. Les déviances et délinquances des élites ne sont pas perçues comme ayant la même gravité que celles portant atteinte aux personnes et aux biens. Elles ne suscitent pas non plus la même réaction sociale.
Une des originalités de ce sujet est de poser des questions qui ne sont jamais soulevées quand il s’agit d’atteintes traditionnelles aux biens et aux personnes. Où placet- on le curseur entre les déviances acceptables et celles qu’il faut réprouver pour assurer la stabilité d’une organisation sociale ? Suffit-il d’une norme pénale pour identifier un acte transgressif ? S’il y a bien eu des abus, leurs auteurs sont-ils vraiment mal intentionnés ? Ne sont-ils pas plutôt victimes d’organisations laxistes et de pratiques tolérées ? Quelle est enfin la sanction adéquate à ces débordements ? Ces enjeux sont autant intellectuels que politiques et éthiques.

jeudi, septembre 11 2014

La formation aide à réduire le chômage… quand les chômeurs y ont accès

11 09 2014

pole_emploi_2.jpgParmi toutes les armes de lutte contre le chômage, il en est au moins une qui a prouvé son efficacité : la formation... pour les demandeurs d'emploi qui ont eu la chance d'en bénéficier ! C'est ce que démontre la toute récente étude de Pôle emploi : 50,8% des chômeurs ayant suivi une formation prescrite par Pôle emploi ont retrouvé un emploi au cours des six mois suivants. Et ces emplois retrouvés s'avèrent de plus en plus stables. Dans 73,5% des cas, il s'agit de CDI, CDD, missions d'intérim de plus de six mois, créations ou reprise d'entreprise.
Pourquoi ces bons résultats ? D'abord, parce que l'Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) forme en priorité dans les 13 « secteurs en tension » identifiés par le gouvernement comme peinant à recruter. Ensuite, parce qu'elle privilégie les formations qualifiantes, axées sur des métiers précis. Et que sa pédagogie favorise avant tout l'apprentissage des « gestes professionnels », rendant le stagiaire immédiatement employable à l'issue de sa formation.

mercredi, septembre 10 2014

Le travail social et le politique

10 09 2014

livre_henri_pascal.jpgLes liens entre le travail social, les ressources idéologiques et les doctrines politiques en vigueur à différentes époques, ont déjà été discutés par le passé, par exemple dans les travaux de Pierre Rosanvallon, Jacques Donzelot ou Michel Chauvière, pour ne citer que quelques auteurs. Le récent ouvrage d’Henri Pascal (Histoire du travail social en France, Presses de l’EHESP, 2014), qui déborde largement cette question, permet d’y revenir avec utilité en ces temps où nos exigences politiques ne dépassent guère l’horizon du pragmatisme. Foin des débats au profit de l’obtention de résultats visibles, rapides et concrets ! Tel est l’impératif catégorique qui s’impose aussi aux travailleurs du social ou de l’éducatif, que ceux-ci y souscrivent ou non. Revenir sur les origines et l’histoire du travail social – au-delà des dates, des personnes ou des lois –, comme le fait Henri Pascal, incite à (re)poser la question du social et du politique.

Lire la suite...

mardi, septembre 9 2014

Migrations et mutations de la société française

9 09 2014

livre_migrations_la_decouverte.pngLes réalités migratoires ont changé depuis les années 2000 : de nouveaux flux ont entraîné l'installation de populations qui n'ont ni les mêmes profils ni les mêmes modalités d'installation et de relations avec la France que par le passé. D'autres migrations sur le sol hexagonal, plus anciennes, poursuivent leurs parcours complexes et multiformes en interpellant la société sur les points d'achoppement de leur intégration.
Pour rendre compte de ces mutations, cet État des savoirs fait le point sur les recherches multidisciplinaires menées depuis le début du XXIe siècle : apports théoriques, résultats significatifs, nouveaux chantiers, enjeux. Il ouvre la réflexion sur les problématiques internationales ou européennes, dans lesquelles la France s'inscrit par la mondialisation des échanges : nouvelles migrations et diasporas, politiques publiques, questions identitaires, représentation et transmission.

lundi, septembre 8 2014

Supprimer les allocs ? L'évolution du contrôle de la fréquentation scolaire

8 09 2014

allocations_familiales.jpgAu cours des années 2010-2013, les controverses autour du traitement de l’absentéisme scolaire ont été particulièrement exacerbées suite à la promulgation de la « loi Ciotti » en septembre 2010, et ce jusqu’à son abrogation début 2013. Il s’agit d’une étape significative de l’histoire longue et mouvementée du traitement du manquement à l’obligation scolaire. La loi portée par Éric Ciotti, député UMP (Union pour un mouvement populaire) et spécialiste des questions de sécurité, était destinée à lutter contre les troubles occasionnés par certains jeunes, dont les absentéistes, et à responsabiliser les parents par l’instauration d’une échelle de mesures incluant le contrat de responsabilité parentale et la suspension des allocations familiales. Ce texte réhabilitait, à sa façon, une sanction conçue en 1959 consistant à stopper le versement des allocations familiales (peu appliquée) ; ce faisant, il annulait les dispositions issues du rapport Machard (2003) et celles de la loi du 2 janvier 2004 relative à l’accueil et à la protection de l’enfance qui supprimaient toute sanction par le biais des allocations familiales. En dix ans, le législateur a changé trois fois de directives. Comment comprendre ces revirements ?

Photo : midilibre.fr

samedi, septembre 6 2014

Faire échec au racisme et à la haine

6 09 2014

FRANCE2012-ELECTIONS-FN-LEPEN-FEATURELes agressions contre Christiane Taubira ont inauguré de façon spectaculaire le retour d’un racisme désinhibé dans le débat politique.
Sa nomination comme ministre de l’Education nationale a littéralement déchaîné, contre Najat Vallaud-Belkacem, un torrent de boue et d’abjections. S’y mêlent, pêle-mêle, le rejet de l’étranger et pire encore, de l’étrangère ou étiquetée telle, la dénonciation de la supposée musulmane, porteuse ou non d’un voile, la haine, enfin, contre la femme de conviction, militante de l’égalité entre femmes et hommes, et aujourd’hui à la direction d’un ministère où sont défendues les valeurs de l’école laïque et républicaine.
Orchestrée par des publications d’extrême droite dont l’éthique est celle du caniveau, cette campagne soulève le cœur de toutes celles et ceux qui ont la démocratie au cœur et partagent une haute idée de la chose publique et du débat qui devrait en être la marque.

vendredi, septembre 5 2014

L'analyse sociologique des effets de quartiers

5 09 2014

livre_sampson.jpgL’écologie humaine vient de faire un retour remarqué avec la publication de l’ouvrage Great American City, plus d’un demi‑siècle après avoir été évincée des productions sociologiques américaines. L’auteur, Robert Sampson, s’emploie à mettre en évidence l’existence de ce qu’il appelle les effets de quartier (neighborhood effects) en s’inspirant des méthodes de l’École de Chicago. Il entend réfuter les théories pronostiquant la fin des lieux (placelessness) et cherche à démontrer « que les différences entre quartiers ne sont pas seulement visibles partout mais qu’elles ont également des propriétés durables – avec des mécanismes de reproduction sociaux et culturels – et des effets couvrant une grande variété de phénomènes sociaux ».
Rejetant dos à dos approche déterministe et individualisme méthodologique, Sampson s’attache à prendre en compte les comportements individuels comme les dynamiques collectives et les effets structurels, ainsi qu’à considérer à la fois les processus top‑down et bottom‑up.

mercredi, septembre 3 2014

Le retard à l’entrée en 6ème : plus fréquent dans les quartiers défavorisés

3 09 2014

enfant_fatigue.jpgParmi les élèves ayant fait leur première rentrée en classe de 6e en septembre 2011, 12,3 % accusent un retard scolaire d’au moins un an. La probabilité d’être en retard pour un élève varie fortement selon ses caractéristiques sociodémographiques (sexe, nationalité…) et celles de sa famille (profession des parents). Elle varie également sensiblement selon l’environnement géographique, à différentes échelles. Au sein des académies, des communes ou encore du voisinage très proche des enfants, les retards scolaires sont les plus fréquents dans les territoires marqués par la plus forte précarité économique et sociale des habitants. Le risque de retard scolaire est lié significativement aux caractéristiques du voisinage, au-delà des seules caractéristiques des élèves.

Photo : leblogdesptits.com

- page 1 de 109