jeudi, mai 28 2020

La gestion de la Covid au Japon : réussites et déboires

28 05 2020

En quelques mois, la pandémie de coronavirus a plongé le monde dans une situation de paralysie dont la durée est difficile à appréhender. Le 3 mai 2020, à l’heure où la France déplore 130 979 cas de malades confirmés et 24760 décès, le Japon, avec une population double (126 millions d’habitants), ne compte que 14839 personnes testées positives et 492 décès attribués au covid19.
Le Japon, pris entre le report des JO et la rentrée scolaire, semble avoir contenu l’épidémie dès les premières semaines, enrayant de fait le développement exponentiel subi par de nombreux autres pays. Il reste néanmoins des difficultés principalement dues à une réduction des investissements publics dans les hôpitaux contraints de réduire leur accueil.

mercredi, mai 27 2020

Les violences conjugales et intrafamiliales selon les catégories sociales

27 05 2020

Les violences au sein du ménage correspondent aux violences physiques et/ou sexuelles commises par une personne vivant avec l’enquêté au moment des faits. Entre 2011 et 2018, en moyenne 0,9 % des 18-76 ans s’en sont déclarés victimes, représentant chaque année 405 000 victimes. L’ensemble des catégories socioprofessionnelles sont concernées par les violences dans le ménage au moment des faits. Cependant, certaines catégories se déclarent plus victimes que d’autres (en particulier les femmes sans activité professionnelle) et leur comportement de plainte diffère également (les victimes « agriculteurs exploitants », « artisans, commerçants et chefs d’entreprises » ainsi que « cadres et professions intellectuelles supérieures » déposent moins plainte que les catégories socioprofessionnelles).

mardi, mai 26 2020

« Fin de partie » pour l’hydroxychloroquine ? Une escroquerie intellectuelle

26 05 2020

Ce week-end de l’Ascension (décidément !) aura été marqué par une nouvelle vague de discours commentant l’idée selon laquelle une publication majeure démontrerait que le protocole thérapeutique de l’équipe du professeur Raoult serait non seulement inefficace, mais de surcroît dangereux. On peut parler d’une sorte d’offensive industrialo-médiatico-politique majeure et réussie tant la couverture donnée à un article de la revue médicale anglaise The Lancet a été totale, ultra-rapide, uniforme et immédiatement suivi d’un effet politique.
La quasi totalité des journalistes se sont jetés sur cet article, pour lui faire dire ce que les auteurs de cette étude espéraient : l'hydroxychloroquine est un poison. Traduction en langage People dominant : le prof. Raoult est un dangereux charlatan. Ce traitement médiatique est honteux. Et cette étude est une escroquerie intellectuelle.

mercredi, mai 20 2020

Covid-19 : ce que nous apprennent les statistiques hospitalières

20 05 2020

Depuis mars dernier, le ministère des Solidarités et de la Santé a mis en ligne diverses données sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19. Ces informations statistiques sont détaillées par département, par sexe et, s’agissant de la répartition des âges, par région. Au total, des données nombreuses permettent de suivre l’évolution de l’épidémie. Pourtant, aucune exploitation publique de ces données ne semble avoir été réalisée. Bien sûr, on suppose qu’elles nourrissent l’action publique face à l’épidémie ou des études épidémiologiques plus spécialisées. Vis-à-vis de l’opinion, elles semblent surtout destinées à justifier certains choix, celui du confinement d’abord par souci d’éviter que les hôpitaux ne soient débordés (le nombre de lits occupés en réanimation étant particulièrement regardé). Il importe également de répéter combien le virus est dangereux, en jouant sur une certaine peur et en répétant le bien-fondé et l’efficacité des mesures prises.

samedi, mai 16 2020

Les journalistes français ne savent ni lire ni interpréter les études médicales

16 05 2020

La crise du Covid est comme un révélateur ou un miroir grossissant, elle exacerbe les mécanismes préexistants. C’est vrai du fonctionnent du pouvoir politique et de la haute administration dépendant du ministère de la santé. Et ça l’est également de la presse française, qui s’enfonce dans la superficialité et la suffisance. On n’a jamais vu autant de journalistes parler de science, et on n’a jamais vu autant de journalistes dire autant de bêtises. On va ci-dessous montrer une fois de plus que la plupart d’entre eux ne savent pas lire un article scientifique. Pire : on va comprendre qu’ils ne jugent même pas nécessaire d’apprendre à le faire, tellement ils sont pressés de confirmer leurs opinions.

jeudi, mai 14 2020

Que faire des interventions militaires dans le champ académique ?

14 05 2020

Réflexions sur la nécessaire distinction entre expertise et savoir scientifique.
Cet article pose des questions majeures pourtant rarement soulevées comme telles dans des revues d’histoire et plus généralement de sciences sociales : quels sont les effets des financements sur la recherche, surtout lorsqu’ils émanent des armées et des industries de l’armement ?
Dans ces domaines et sur ces sujets, une indépendance est-elle possible ?
Quelle frontière, si c’en est une, sépare l’expertise et les sciences sociales ? Le thème est grave et les auteurs de ce texte proposent de l’aborder à partir d’une démarche empirique précise : l’étude des bombardements « stratégiques » et la recherche sur le nucléaire .

Photo : francetvinfo.fr

lundi, mai 11 2020

La dangerosité de l’hydroxychloroquine : une fable politico-médiatique ?

11 05 2020

Prescrite en Chine, aux États-Unis, au Brésil, en Inde, dans la plupart des pays africains, au Proche-Orient et dans certains pays d’Europe, l’HCQ est déclarée dangereuse voire mortelle par les autorités françaises. Et les journalistes suivent. L’affirmation ne résiste pourtant pas à l’analyse. Connus de très longue date, les effets secondaires sont bien contrôlés à l’IHU de Marseille.

vendredi, mai 8 2020

Comment le Remdesivir a traversé l’Atlantique : un efficace traitement médiatique

8 05 2020

Le 19 mars, Donald Trump présentait en conférence de presse l'hydroxychloroquine (HCQ) comme un traitement pouvant « changer la donne » contre le coronavirus. Son principal conseiller à la santé Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy (NIAID), affichait toutefois son désaccord quelques jours plus tard en prenant au contraire parti pour le Remdesivir. La nouvelle molécule de Gilead Sciences était déjà testée par le NIAID depuis le 21 février, tandis qu’il aura fallu attendre le 2 avril pour que des essais concernent l’hydroxychloroquine, sur des malades nécessitant une hospitalisation. L’intérêt qui se manifeste ces derniers jours en France pour le Remdesivir n’est pas un hasard. Il débarque des États-Unis, grâce au concours des médias. Décryptage.

jeudi, mai 7 2020

Pendant la crise du Covid, le crime organisé continue à travailler

7 05 2020

Les_freres_Rapetou.jpgDepuis des mois, des milliards d’êtres humains sont confinés partout dans le monde. Cela impose à tous de s’adapter, y compris dans le monde du crime organisé. D'un côté, le crime organisé est contrarié. La pandémie mondiale bloque les échanges commerciaux ; les trafics mondiaux sont impactés. Certains semblent au ralenti, le trafic d'êtres humains et les assassinats par exemple. D'autres subissent la répression grâce aux contrôles aux frontières ; les saisies de drogues au niveau mondiales sont nombreuses et spectaculaires. Le trafic de drogues est, selon les régions de France, perturbé. En Calabre, les policiers ont suivi discrètement un mafieux avec son attestation peu crédible et l'ont surpris déterrant avec 500 kilos de cocaïne dans son jardin.

Lire la suite...

mercredi, mai 6 2020

Le Remdesivir, l’industrie pharmaceutique et la crise du Covid

6 05 2020

Gilead_Sciences.jpgA l’image de la majorité des élites intellectuelles françaises, la plupart des journalistes sont décidément d’une grande naïveté. Après avoir déployé leur talent dans un impressionnant concert unanimiste pour lister tous les arguments opposables au nom de la Science à la voie thérapeutique préventive préconisée en France par l’équipe de l’IHU de Marseille, voilà que beaucoup semblent prêts à accueillir comme avec soulagement un médicament américain : le Remdesivir, sensé traiter les malades parvenus à un stade grave. Alors, oui, faisons un peu de science. Médicale d’abord, socio-économique et politique après.

Photo : fr.reuters.com

mardi, mai 5 2020

Les droits et libertés publiques vont-ils rester encore longtemps confinés ?

5 05 2020

Après la décision hasardeuse du président de la République de fixer la fin du confinement au 11 mai, on aurait pu s’attendre à un retour au fonctionnement normal de notre démocratie et de nos institutions. Au lieu de quoi, le gouvernement maintient un état d’exception en prolongeant l’état d’urgence sanitaire pour deux mois supplémentaires, jusqu’au 24 juillet prochain.
Pour cette période, le Parlement est sommé en urgence d’abandonner des pouvoirs exorbitants à l’exécutif : celui pourrait décider seul, avec les conseils de comités de scientifiques qu’il a choisi, de restreindre les libertés publiques et d’organiser la reprise de l’activité économique et sociale. Même le Conseil d’Etat, jusqu’ici bien timoré, s’en émeut et pointe des dérogations aux dispositions légales de droit commun qui ne pourront se fonder sur les justifications avancées.
La Ligue des droits de l’Homme (LDH) s’inquiète que la nécessaire lutte contre la pandémie du Covid-19 et la gestion de la sortie du confinement s’inscrivent dans une continuité autoritaire du pouvoir, assortie d’un mépris de l’Etat de droit, notamment à travers la mise à l’écart du pouvoir législatif et la marginalisation d’une justice diminuée par une mise en sommeil.

lundi, mai 4 2020

L'usage des drones est illégal et il atteinte aux libertés

4 05 2020

Depuis le début du confinement, la police et la gendarmerie utilisent de façon massive et inédite les drones pour surveiller la population et faire appliquer les règles du confinement : diffusion des consignes par haut-parleurs ainsi que surveillance par vidéo pour repérer les contrevenants, guider les patrouilles au sol et filmer les personnes échappant à la police pour mieux les sanctionner après.
Le déploiement de ces drones, déjà utilisés notamment pour la surveillance des manifestations, ne fait que s’amplifier avec la crise sanitaire. En avril, le ministère de l’Intérieur a par ailleurs publié un appel d’offres portant sur l’acquisition de plus de 650 nouveaux drones pour plus que doubler sa flotte. Selon un rapport sénatorial, entre le 24 mars et le 24 avril, la police nationale a déclenché 535 vols de drones dont 251 de surveillance.
Pourtant, puisqu’ils sont déployés en l’absence de tout cadre légal spécifique et adapté, ce sont eux qui violent la loi et nos libertés.
La Quadrature du Net et la Ligue des Droits de l’Homme viennent de déposer un recours en urgence contre le déploiement de drones par la préfecture de police de Paris.

vendredi, mai 1 2020

La Préfecture de Police de M. Papon à D. Lallement en passant par M. Grimaud

1 05 2020

Didier_Lallement.jpgDécidément il est encore confirmé que l’on a bien du mal à retenir des leçons de l’histoire concernant la Préfecture de Police de Paris. La PP est de retour et la vieille dame que l’on aurait pu croire remise enfin dans sa sphère de compétence a réalisé un retour en force pour parvenir jusqu’à disparaître même de l’organigramme du Ministère de l’Intérieur, pourtant garni depuis quelques années d’une direction générale de la Gendarmerie, autre force de Police héritée de la construction historique des forces de sécurité intérieure.

Lire la suite...

jeudi, avril 30 2020

« La France est un pays de flics »

30 04 2020

Le nouveau «nouveau monde» n’échappe pas aux indicateurs ! Dans la situation présente, est-ce le nombre de tests réalisés ? Le nombre de masques distribués ? Non : les statistiques des verbalisations infligées pour violation supposée des normesde confinement. Les chiffres - près d’un million à ce jour - sont admirables et constituent un légitime motif de fierté pour le ministre de l’Intérieur, tout heureux de les annoncer régulièrement. Il faut dire qu’ils sont plus réjouissants que ceux du professeur Salomon : l’Etat agit ! La police veille ! Derrière ces chiffres, des réalités pénibles (un homme empêché d’aller recueillir le dernier souffle de son père par un gendarme), des absurdités confondantes, des contradictions manifestes ainsi que des abus innombrables. La France, chantait Renaud en 1975, «est un pays de flics», et les flics de l’époque ne plaisantaient pas, comme le relevait Maxime Le Forestier dans Parachutiste (1972) : on perpétuait sous les gyrophares une vieille tradition coloniale, la chasse au bicot - compensation virile, sans doute, à trois guerres perdues, en 1940, 1954 et 1962. Mais tout cela est passé de mode : les Blancs aussi peuvent désormais goûter au lacrymogène, à la grenade et à la matraque - généreusement distribués aux héros en blouse blanche, aux enseignants et aux pompiers ces derniers mois.

mercredi, avril 29 2020

Dépistage du coronavirus : comment le gouvernement a tout raté

29 04 2020

L’absence de dépistage aux débuts de la crise du SARS-CoV-2 a laissé les spécialistes médusés : « Ce à quoi nous avons assisté en France est contraire à tout ce que nous avons appris sur les maladies infectieuses. Que ce soit le choléra, le paludisme ou la tuberculose, le premier réflexe, c’est de dépister, d’identifier les malades avec des tests qui permettent la recherche des sujets contacts », dit Annie Thébaud-Mony, directrice honoraire de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), et spécialiste du dépistage de la tuberculose. « C’est le niveau auquel on aurait pu s’attendre sur le Covid-19 : la mise en place d’une stratégie cohérente et efficace de soin, et d’identification des contacts. En Allemagne et en Suède, c’est ce qui a été fait. » Comment expliquer ces ratés au démarrage ? Pourquoi la France n’a-t-elle pu mettre en place une campagne de dépistage sur le modèle de l’Allemagne ? Plusieurs rouages rouillés ont entravé la mécanique gouvernementale. Un retard qui a réduit la stratégie à un confinement massif et à subir une mortalité parmi les plus élevées du monde (plus de 20.000 morts par le coronavirus).

- page 1 de 205