vendredi, avril 19 2019

Etudier à l'université après le baccalauréat : pour une université ouverte

19 04 2019

L’université a constitué une voie majeure de la massification de l’enseignement supérieur. Si son accès était, jusqu’à l’introduction de Parcoursup, ouvert sans condition, l’étude des parcours des étudiants montre que cela ne signifie ni que tous les profils sociaux de bacheliers y entrent effectivement, ni l’échec y est plus important que dans d’autres filières.

jeudi, avril 18 2019

La légitimité plus que limitée du « grand débat national »

18 04 2019

top-et-flop-png.pngInitiative citoyenne indépendante, lancée fin janvier 2019 par l’Institut de la concertation et de la participation citoyenne (ICPC) et le Groupement d’intérêt scientifique Démocratie et Participation, l’Observatoire des débats réunit une centaine d’observatrices et d’observateurs bénévoles. Leur mobilisation a permis, grâce à une grille d’observation commune et un court questionnaire sociopolitique, l’observation de plus de 260 réunions locales. Des données ont ainsi été collectées sur les publics réunis (près de 5 000 questionnaires recueillis dans la moitié de ces réunions), mais aussi l’organisation, le déroulement, les thématiques discutées et les propositions formulées lors de réunions locales.

Illustration : equidia.fr

mercredi, avril 17 2019

L'Obseratoire des pratiques policières de Toulouse critique sévèrement le maintien de l'ordre

17 04 2019

Samedi_13_avril_a_Toulouse_22e_samedi_de_mobilisation_des_gilets_jaunes.jpgCe rapport s’adresse aux médias, aux autorités publiques et aux forces de l’ordre elles mêmes. Nous sommes profondément persuadé-e-s que ces structures mixtes que sont les Observatoires citoyens sont des pierres essentielles à nos démocraties pour lutter contre les abus et le non-droit. Observer, enquêter, dire, décrire, nommer, toutes choses qui ont constitué le quotidien de notre travail d’enquête, sont des pratiques longues et fastidieuses. Les citoyenne- s devenu-e-s observateur-e-s qui ont réalisé ce travail, qu’ils et elles soient enseignant-e-s, avocat-e-s, chercheur-e-s, retraité-e-s, artistes, étudiant-e-s, cadres, employé-e-s…, ont cette énergie commune : dire et montrer, pour améliorer nos fonctionnements collectifs. Tout abus contre les citoyen-ne-s — et nous en pointons un certain nombre dans ce rapport — est une attaque contre la démocratie.

Photo : francetvinfo.fr

dimanche, avril 14 2019

Contrats aidés : pourtant ça marchait !

14 04 2019

Jugés pas efficaces, trop coûteux… Sous le mandat d’Emmanuel Macron, les contrats aidés ont été considérablement réduits. Destinés à favoriser l’emploi des personnes ayant des difficultés d’insertion sur le principe d’une aide financière de l’État à l’employeur, ils sont passés de 320 000 en 2017 à 200 000 en 2018 et de 130 000 à 150 000 contrats sont prévus pour 2019. Entre-temps, ils ont changé de nom et sont devenus les « parcours emploi compétence », avec un taux de prise en charge moins élevé.
Alors, pas efficaces, les contrats aidés ? La dernière étude que leur consacre la Dares sur l’année 2017 montre l’inverse. L’amélioration de la situation sur le marché du travail a aussi bénéficié aux contrats aidés (contrats uniques d’insertion dans les secteurs marchands et non marchands, et emplois d’avenir pour les jeunes ayant entre 16 et 25 ans) : leur taux d’insertion en emploi à six mois a augmenté de 5 points par rapport à 2016.

samedi, avril 13 2019

Les lycées professionnels : voie de relégation ou seconde chance ?

13 04 2019

Contrairement à une opinion répandue, la voie professionnelle ne peut être réduite à une voie de relégation. Elle peut même être une véritable voie de réussite, et être le résultat d’un choix d’orientation réfléchi. Cependant, faute d’aller assez loin, la réforme initiée actuellement par Jean-Michel Blanquer a peu de chance de sortir l’enseignement professionnel de la voie mineure qu’il occupe.
Rendre la filière professionnelle plus attractive suppose d’offrir aux élèves de réelles perspectives de poursuites d’études, en BTS notamment. Actuellement, seuls 16% des bacheliers pro obtiennent finalement un BTS, ce qui est peu, et même si la réforme actuelle de la voie professionnelle prévoit d’augmenter ce pourcentage, cela ne suffit pas. La clé est de donner du temps aux bacheliers pro, pour qu’ils mûrissent leur projet et qu’ils puissent se remettre à niveau dans les savoirs généraux. Or, notre système éducatif, avec ses procédures et sa temporalité rigides ne permet pas cela.

vendredi, avril 12 2019

La dissimulation du visage en manifestation : un risque évident d’arbitraire judiciaire

12 04 2019

Désormais, en France, le simple fait de posséder des lunettes de soleil ou une casquette alors qu’il ne fait pas beau (donc pas de « motif légitime ») ou une écharpe alors qu’il ne fait pas froid peut permettre aux forces de l’ordre d'empêcher, garde à vue et risque de lourdes sanctions pénales à la clef, une personne de participer à une manifestation sur la voie publique.
Le potentiel liberticide du nouveau délit de dissimulation du visage pendant une manifestation sur la voie publique est considérable. Il pourrait, avec le concours de la police judiciaire et des magistrats du parquet statutairement dépendants de l'exécutif, conduire à des résultats concrets plus restrictifs encore pour le droit de manifester que l’interdiction préfectorale de manifester censurée par le Conseil constitutionnel. L’arbitraire administratif a été censuré ; le risque d’arbitraire judiciaire validé.

mercredi, avril 10 2019

Ne luttons pas davantage contre les pauvres mais contre la pauvreté

10 04 2019

Alors que les « gilets jaunes » focalisent l’attention sur les couches populaires laborieuses, le premier ministre vient de faire diversion, dans le cadre du grand débat national, en exhumant l’idée de contreparties aux aides sociales. Flattant implicitement ceux qui n’y recourent pas, tout en répondant à son électorat. S’il reconnaît le sujet comme « explosif », c’est qu’il fait référence au concept du workfare anglo-américain, rarement loué comme un modèle enviable ; et que, (re)lancé en 2011 par Laurent Wauquiez puis Nicolas Sarkozy, il a suscité des levées de boucliers.
Mettre en regard, de façon simpliste, chômage et emplois non pourvus, c’est faire fi de ces chantiers politiques et imputer le paradoxe à des chômeurs qui feraient la fine bouche devant les emplois proposés ; donc rendre les plus démunis responsables. Car fondamentalement, le recours aux aides sociales découle du découragement face aux échecs répétés à s’insérer de façon durable et décente sur le marché du travail.

mardi, avril 9 2019

Les résultats du "Grand débat national" sur Internet... ne valent presque rien

9 04 2019

Restitution_du_Grand_debat_national.jpgLes bonnes résolutions d’Édouard Philippe n’auront duré que quelques minutes. Dans son discours suivant la restitution du « grand débat », organisée lundi 8 avril au Grand Palais de Paris, le premier ministre a pris plusieurs précautions oratoires pour expliquer que la synthèse de la consultation n’avait « pas l’exhaustivité comme objectif ». Le chef du gouvernement a bien raison : ce « grand débat » n’a aucune valeur représentative.
Certains contributeurs ont copié et collé des dizaines (voire des centaines) de fois leur texte. Plus de la moitié des textes rédigés comportent moins de dix mots. Plus de la moitié des textes rédigés sont des doublons. Plus de la moitié des contributeurs n’ont répondu qu’à un seul thème.

Photo : lemonde.fr

lundi, avril 8 2019

« Un micro au tribunal » : écoutez la justice en action

8 04 2019

La justice est censée être rendue publiquement, mais qui sait, au fond, comment se déroule une audience avec un juge pour enfants, un juge des tutelles, une comparution immédiate ?
Il y a deux ans, j’avais obtenu une autorisation exceptionnelle dans le cadre d’un travail pour France Culture. Mais l’attitude de magistrats lors d’une audience du tribunal correctionnel de Marseille avait suscité un tel tollé, que la présidente du tribunal et le procureur de la République de Marseille avaient rompu la convention. Les diffusions avaient été interrompues. Pour une fois que la justice acceptait de se regarder dans un miroir, elle choisissait immédiatement de le briser, ne supportant pas l’image renvoyée.
Mediapart a fait valoir qu’il était impossible de rester sur cet échec si révélateur. Depuis mai 2017, nous n’avons donc pas cessé de relancer le ministère, les juridictions et les magistrats afin d’obtenir de nouvelles autorisations. Non sans peine, nous avons fini par les obtenir. Elles ont permis une immersion, sans commentaire, au sein du tribunal d’instance de Pontoise et du tribunal de grande instance de Nanterre. Nous n’avons pas choisi de suivre tel ou tel magistrat. Ils nous ont été proposés par les juridictions, et toutes nos demandes n’ont pu être satisfaites. Il n’empêche : il est exceptionnel de découvrir la justice telle qu’elle est rendue. À nu.

dimanche, avril 7 2019

Il faut sortir des politiques « béton et bitume »

7 04 2019

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la mise en place de grands programmes d’aménagement, la construction d’infrastructures et l’élaboration de projets socio-économiques d’envergure (aéroports, autoroutes, barrages, gares, zones d’activité économique, opérations d’intérêt national, etc.) sont présentées comme les solutions à tous les enjeux de développement économique. Pourtant, nombre de recherches montrent que la concentration des ressources et la densification de l’activité au sein d’un même territoire ne sont pas forcément génératrices de gains de productivité et de croissance. Il n’en demeure pas moins que beaucoup d’élus, notamment territoriaux, souvent influencés par de grands aménageurs, se sont livrés une sorte de « guerre de l’attractivité », à grand renfort de subventions publiques accordées aux investissements et à l’implantation d’entreprises, le tout accompagné d’aides conséquentes sur le foncier et d’exonérations sur les prélèvements.

samedi, avril 6 2019

Débat « Spéciale Européennes » sur France 2 : une mascarade médiatique

6 04 2019

Dans les grands médias, le débat politique se fait à la manière d’un jeu. Toute l’année, c’est un jeu de petits chevaux, consistant, pour les principaux commentateurs, à évaluer les progressions des uns et les retombées des autres dans les sondages. Un jeu de Cluedo aussi, auquel s’adonnent les intervieweurs en cherchant à savoir quelle petite phrase d’un tel aura permis d’ébranler tel autre, et dans quelle coulisse se sera tramée telle guéguerre partisane. Ce journalisme politicien a été tout particulièrement à l’œuvre lors du premier débat des européennes, organisé le 4 avril par France 2 et France Inter.
Dispositifs infantilisants et priorité à l’immigration au menu du premier grand débat sur les européennes.

vendredi, avril 5 2019

Certains éditorialistes ont-ils des problèmes avec les Droits de l'Homme ?

5 04 2019

le-journaliste-jean-michel-apathie.jpgLe 6 mars 2019, la Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH), Michelle Bachelet, rendait public son rapport d’activités 2018. Parmi ses conclusions, il est « demandé urgemment une enquête approfondie sur tous les cas rapportés d’usage excessif de la force », dans le cadre des manifestations des gilets jaunes depuis la mi-novembre. Le jour même et le lendemain, les éditocrates font part de leurs « commentaires » à l’égard de cette décision. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne l’apprécient guère... et ils le font savoir.

Photo : lexpress.fr

jeudi, avril 4 2019

Antisémitisme : les gilets jaunes convoqués devant le tribunal médiatique

4 04 2019

Evolution_des_actes_antisemites_depuis_2000.jpgEntre le 10 et le 20 février, un certain nombre d’actes antisémites ont été relatés par les médias. Cette séquence s’inscrit dans un contexte particulier, puisque le 11 février, le ministre de l’Intérieur rapportait les statistiques de l’année 2018 sur les actes antisémites, et s’inquiétait de leur augmentation de 74%. Ce chiffre sera par la suite une sorte de leitmotiv avancé par les médias. Mais c’est surtout à partir de l’agression verbale antisémite d’Alain Finkielkraut par des gilets jaunes, le 16 février, qu’une grande partie de la classe politique, des intellectuels médiatiques et des éditocrates ont accusé les gilets jaunes d’être à l’origine de cette « explosion » d’antisémitisme.

mercredi, avril 3 2019

L'Inde s'apprête à ficher 1,3 milliard de personnes

3 04 2019

fichage_generalise_en_Inde.pngLe plus grand système d’identification biométrique au monde, Aadhar, recense la quasi-totalité des habitants de l’Inde. Les domaines d’application de ce programme sont tellement nombreux qu’il représente de multiples dangers pour les libertés publiques.
Historiquement, le contrôle de ces populations s’est effectué par différents dispositifs de pouvoir, que ce soit à l’échelle restreinte de sous-groupes comme les criminels, les pauvres, les patients des hôpitaux, etc., à l’échelle nationale par des activités de police systématique, ou encore par la mise en place progressive de dispositifs d’identification des personnes associés à des fichiers centraux, comme celui des cartes d’identité. Avec l’informatique, une nouvelle configuration s’annonce.

mardi, avril 2 2019

La dématérialisation de la relation administrative et ses nouvelles inégalités

2 04 2019

L’annonce par le gouvernement, en octobre 2017, du programme « Action publique 2022 » visant la « transformation numérique des services publics » par la dématérialisation de 100% des actes administratifs, a fixé l’horizon d’un mouvement de modernisation technique engagé par la majorité des administrations et organismes publics (État, organismes de sécurité sociale, collectivités), dont deux rapports du Défenseur des droits viennent de dénoncer le déploiement « à marche forcée » et ses effets de mise à distance voire d’exclusion de certains de ses usagers.
Malgré une stratégie nationale pour un numérique inclusif, les pouvoirs publics semblent peiner à prendre la mesure de ce qu’implique la « transition numérique » de l’État dans sa relation aux usagers. Entre rationalisation budgétaire et perspective d’un État plateforme, se joue pourtant une transformation profonde de la relation à l’offre publique.

- page 1 de 191