dimanche, février 4 2018

Polluants industriels, salariés en danger

4 02 2018

Livre_polluants_industriels.jpgPrès de 13,5 % des salariés en France seraient exposés à un ou plusieurs facteurs cancérogènes au cours de leur activité professionnelle, soit environ 2 370 000 salariés ! Parmi ces polluants figurent les HAP (hydrocarbures aromatiques polycyclique), en tête des composés responsables des cancers professionnels. Alors que la prévention en matière d’exposition à ces produits devrait être prioritaire, c’est le manque ou l’insuffisance de protection, le déni des employeurs, le recours à la sous-traitance pour effectuer les tâches les plus exposées, les difficultés de reconnaissance en maladies professionnelles qui dominent… Va-t-on continuer à jeter un voile discret sur ce scandale ou agir résolument au grand jour pour mettre en place des actions de prévention et de soins à la hauteur du danger ?

samedi, février 3 2018

Rapport annuel de l'Observatoire de la récidive et désistance

3 02 2018

’Observatoire de la récidive et de la désistance, créé par la loi pénitentiaire de 2009, installé par le Garde des Sceaux le 26 avril 2016, a pour vocation première de mieux faire connaître les phénomènes de récidive et de désistance, de mieux les mesurer, mais surtout de mieux les comprendre. Mieux les comprendre pour trouver les réponses les plus adaptées pour réduire la récidive et favoriser la désistance.
A défaut de moyens propres, personnels et financiers, l’Observatoire n’a pu, cette première année, engager les travaux qu’il aurait souhaités. Il est apparu, en tout état de cause, indispensable de commencer par faire œuvre de pédagogie et d’exposer au plus grand nombre, à partir des données acquises en France et à l’étranger, ce que recouvrent les concepts de récidive et de désistance, au-delà des clichés et des idées reçues.

vendredi, février 2 2018

Magistrats laxistes, citoyens punitifs ? Des préjugés à l'analyse

2 02 2018

Deliberee_2017_2.jpgUn vent commun, sinon mauvais, souffle depuis une trentaine d’années sur les pays occidentaux : celui du durcissement de leurs justices pénales. La croissance de la population carcérale en France et la surpopulation des établissements pénitentiaires qui en découle sont connues. Le phénomène est encore plus spectaculaire dans d'autres pays : États-Unis, Angleterre, Irlande. Pourtant, la population carcérale a légèrement baissé en Allemagne, diminué en Scandinavie et littéralement fondu en Finlande. Pour expliquer ces différences, on invoque l’environnement politique, les corrélations avec des facteurs externes structurels tels que la situation sur le marché de l’emploi ou la structure démographique du pays, ou encore les effets de changements organisationnels de l’institution judiciaire. Moins évoquée, ou alors seulement sur un mode spéculatif (« les gens en ont marre ») est la punitivité, c’est-à-dire l’ensemble des représentations et attitudes collectives par lesquelles les populations conçoivent la peine, aspirent à plus ou à moins de sévérité, jugent les délits et les crimes.

jeudi, février 1 2018

Centre Pénitentiaire de Marseille : des conditions de détention dégradantes et inhumaines persistantes

1 02 2018

En mai 2017, Confluences, ONG pour la promotion et la défense des droits humains basée en France, a été contactée par des familles de personnes détenues au Centre Pénitentiaire des Baumettes à Marseille, au sujet des conditions de détention jugées, par elles, particulièrement dégradantes.
Une enquête a donc été rapidement diligentée avec, pour cible, trois publics différents : les familles de détenus, les personnels pénitentiaires, les intervenants extérieurs (aumôniers des différents cultes, formateurs enseignants et associations spécialisées).
A ce stade, les informations recueillies ont fait apparaître, sans aucun doute possible, la persistance d'une violation grave des droits fondamentaux, notamment au regard de l’obligation incombant aux autorités publiques de préserver les personnes détenues de tout traitement dégradant ou inhumain.

mercredi, janvier 31 2018

Quelle vie après le niqab ? Rencontre avec celles qui ont retiré le voile

31 01 2018

Jeunes_femmes_en_niqab.jpgIl est beaucoup question aujourd’hui de désaffiliation djihadiste, de celles et ceux qui affirment sortir du djihad pour revenir en Europe, jurant s’être « déradicalisés » telle la djihadiste et convertie Emilie König dont l’arrestation en Syrie par les forces kurdes a fait grand bruit en France. Mais qu’en est-il des autres ? Certaines femmes pratiquant un islam dit salafiste piétiste ou quiétiste, sans recours à la violence, ont toujours refusé la guerre, tout en portant le voile intégral, ou niqab. Or certaines décident d’en sortir un beau jour et retirent tout, même le foulard sur la tête, ce qui peut aussi s’apparenter à un désengagement militant.

Photo : theconversation.com

mardi, janvier 30 2018

Suisse et États-Unis en tête : le vrai classement des paradis fiscaux

30 01 2018

SWITZERLAND/Une liste noire des paradis fiscaux, avec des critères objectifs et pas de tractations secrètes de dernière minute ? Loin de celle controversée dressée par l’Union européenne (UE), où il ne reste plus que neuf pays, l’association Tax Justice Network (TJN) réalise la sienne tous les deux ans, passant à la loupe cent douze juridictions. Publiée le 30 janvier, elle classe une nouvelle fois en tête la Suisse, suivie des États-Unis et des îles Caïmans. « Contrairement à d’autres, la liste n’est pas fondée sur des décisions politiques », tacle TJN. L’Europe n’est donc pas exemptée : le Luxembourg est à la 6e place, juste devant l’Allemagne, tandis que Guernesey est à la 10e. Trois juridictions asiatiques se retrouvent aussi dans le Top 10: Hongkong, Singapour et Taïwan.

Photo : lemonde.fr

lundi, janvier 29 2018

Retour sur l'affaire Kerviel, ou plutôt l'affaire de la Société Générale

29 01 2018

Societe_generale.jpgEn janvier 2008, le PDG de la Société Générale annonçait 4,9 milliards d'euros de perte qu'il imputait au trader Jérôme Kerviel. Dix ans plus tard, la Société Générale fait savoir que « le dossier qui oppose la banque à Jérôme Kerviel est clos pour l'essentiel ». Vraiment ? Un petit groupe de chercheurs ne le pense pas. Les animateurs du projet WikiSG(K) considèrent que « l’absence de sollicitation des enseignements de la recherche internationale en management laisse planer un doute quant à la capacité réelle de l’administration fiscale d’aller jusqu’au bout de la procédure engagée de recouvrement auprès de l’entreprise Société Générale ». Ils jugent notamment très problématique le fait que « reste à jamais non instruite la question des complicités actives et/ou passives qui ont rendu les pertes d’exploitation dites "Kerviel" possibles. »

samedi, janvier 27 2018

L’état d’urgence, quelles conséquences sur les politiques publiques ?

27 01 2018

Sociologie_2017_4.pngDécrété par le Président de la République et le gouvernement à l’issue du Conseil des ministres le 13 novembre 2015, et renouvelé cinq fois depuis, l’état d’urgence constitue un régime juridique autorisant l’État à prendre des mesures restreignant exceptionnellement les libertés (à commencer par la liberté d’aller et de venir, limitée par les mesures de couvre‑feux, d’assignation à résidence et d’interdiction de séjour ou de paraître dans certains lieux, mais également la liberté de se réunir, de manifester ou d’organiser des spectacles et autres manifestations publiques) en s’affranchissant d’un certain nombre de principes généraux du droit (en particulier en donnant des moyens d’action exceptionnels à la police, principalement en matière de perquisitions, sous contrôle du juge administratif et non du juge judiciaire).

- Christian Mouhanna, "État d’urgence, état des lieux : abus de police et usure démocratique".
- Françoise Lorcerie et Benjamin Moignard, "L’école, la laïcité et le virage sécuritaire post‑attentats : un tableau contrasté".
- François Pellegrini et André Vitalis, "La création du fichier biométrique TES : la convergence de logiques au service du contrôle".

vendredi, janvier 26 2018

Mediapart gagne un procès contre le procureur Courroye

26 01 2018

nicolas-sarkozy-serrant-la-main-de-philippe-courroye-le-18-juin-2009.jpgLe tribunal correctionnel de Lille a relaxé Edwy Plenel, directeur de publication de Mediapart, du procès en diffamation que lui intentait le magistrat Philippe Courroye, ancien procureur de la République de Nanterre. Philipe Courroye, qui est aujourd’hui avocat général près la cour d‘appel de Paris, demandait 20 000 euros de dommages et intérêts à Mediapart et 5 000 euros pour les frais de procédure (alors qu'il bénéficie de la protection fonctionnelle). Finalement, le tribunal estime que « l’ensemble de ces éléments constitue une base factuelle suffisante sur laquelle le journaliste a exprimé, dans le cadre d’un libre débat démocratique, son opinion, ses commentaires et ses critiques sur la partie civile, sans dépasser les limites admissibles de la liberté d’expression ». Espérons qu'il en sera de même pour nous puisque monsieur Courroye nous a également attaqué en diffamation.

Photo : mediapart.fr

jeudi, janvier 25 2018

Les plaintes pour viols et agressions sexuelles en nette hausse en 2017 en France

25 01 2018

Me_too_balance_ton_porc.jpg16 400 viols enregistrés et 24 000 agressions sexuelles : les plaintes pour viols et agressions sexuelles enregistrées par les forces de l'ordre sont en "nette hausse" en 2017. Sur l'année, elles augmentent respectivement de 12% et 10%, selon une étude publiée mercredi 24 janvier par le ministère de l'Intérieur. Le nombre de plaintes pour agressions sexuelles au quatrième trimestre de l'année est quant à lui "très en hausse" par rapport à la même période de 2016 : il enregistre une augmentation de 31,5%. Selon le service des statistiques du ministère de l'Intérieur, cette hausse est probablement due à la révélation de faits plus anciens, dans le contexte de la prise de parole des femmes à la suite de l'affaire Weinstein.

Photo : francetvinfo.fr

mercredi, janvier 24 2018

Deux enfants tués chaque jour ? Comment un chiffre jamais démontré est devenu une référence

24 01 2018

Un chiffre nous est raconté depuis des décennies. Un chiffre censé nous dire l’état de la protection, ou plutôt de l’in-protection de l’enfance. Un chiffre qui convoque la société entière, car il serait le signe de son incapacité à voir ou, pire encore, le déni d’une supposée-réalité aussi objective qu’une donnée chiffrée peut l’être. Ce chiffre de deux enfants tués par jour, implicitement ou explicitement sous les coups de leurs parents, hante le travail social, les médias et la société. Bien que jamais démontré, certains le diffusent comme un fait, une donnée objective. Et pourtant ce chiffre est faux.

Illustration : wvik.org

mardi, janvier 23 2018

Pour une politique pénitentiaire ambitieuse

23 01 2018

blocage-de-la-prison-de-vendin-le-vieil.jpgVoilà plus d’une semaine que le monde pénitentiaire exprime sa détresse. Cette lassitude amère a pour mérite d’octroyer une indispensable visibilité médiatique aux problèmes pénitentiaires, trop souvent occultés.
La nouveauté réside dans le sentiment d’une irrémédiable relégation vécue par les personnels pénitentiaires : en plus d’être menacés, ils ne se sentent ni écoutés ni considérés. Or, le dialogue social semble abîmé, voire inexistant. Quelle que soit son origine, cette situation est interprétée par les agents comme du mépris – du désintérêt à tout le mieux. Il ne faut dès lors pas s’étonner que les syndicats s’en remettent à une stratégie tribunicienne, d’autant que l’année 2018 est une année électorale pour eux.

Photo : liberation.fr

lundi, janvier 22 2018

Les représentations, les motivations et les trajectoires d’usage de drogues à l’adolescence

22 01 2018

Dans un environnement marqué par une forte présence et une disponibilité des substances (licites comme illicites), les expérimentations sont des événements courants qui répondent principalement à des enjeux de sociabilité. Ils sont l'occasion pour les jeunes garçons et filles de renforcer les liens avec leurs pairs. Les ressentis vis-à-vis des consommations apparaissent très variables d'un produit à l'autre et ce dès le stade de l'initiation. Ainsi le tabac apparaît-il fortement stigmatisé pour sa nocivité, alors que les consommations d'alcool, globalement associées à des situations et circonstances festives, voient leurs risques largement minimisés. Face à l'image du tabac très dégradée et dénormalisée pour cette génération qui a grandi dans un contexte d'interdiction renforcée de son usage, le cannabis, et surtout l'herbe, bénéficie au contraire d'une représentation positive.

vendredi, janvier 19 2018

Le Défenseur des droits recommande le retrait de la circulaire sur l’hébergement d’urgence

19 01 2018

A l’issue d’une analyse approfondie, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, recommande au premier ministre, Edouard Philippe, de retirer la circulaire sur l’hébergement d’urgence, dans une décision rendue vendredi 19 janvier. Cette « circulaire relative à l’examen des situations administratives dans l’hébergement d’urgence », rebaptisée « circulaire Collomb », suscite un profond malaise dans le monde associatif, et au-delà, depuis sa publication le 12 décembre 2017.
La circulaire en question veut réorienter les personnes hébergées selon leur situation administrative, et faire sortir de ce dispositif les personnes étrangères en situation irrégulière à l’issue d’une évaluation effectuée par une équipe mobile de représentants de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) et de la préfecture.

jeudi, janvier 18 2018

L’évolution des peines d’emprisonnement de 2004 à 2016

18 01 2018

Clefs_porte_prison_Le_Monde.jpgEntre 2004 et 2016, le nombre de condamnations prononcées à l’encontre de personnes majeures pour délit a augmenté de 17 %. Pour faire face à cette augmentation, des filières de poursuite simplifiées ont été créées : l’ordonnance pénale et la comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. Durant la même période, l’amende est devenue la peine la plus prononcée, au détriment de l’emprisonnement avec sursis simple. L’emprisonnement en tout ou partie ferme reste la troisième peine correctionnelle la plus prononcée, mais le volume d’emprisonnement ferme prononcé par les tribunaux et cours d’appel correctionnels a augmenté de 32 % pour atteindre le volume record de 87 300 années en 2016.

Photo : lemonde.fr

- page 2 de 174 -