mardi, novembre 27 2018

Comment ne pas surinterpréter le mouvement des Gilets jaunes

27 11 2018

Gilet_jaune.pngLa mobilisation des gilets jaunes a fait l’objet ces derniers jours d’une couverture médiatique exceptionnelle. Alors que les journalistes étaient à l’affut du moindre débordement, quelques figures médiatiques récurrentes se sont succédé sur les plateaux de télévision et de radio pour apporter des éléments d’analyse et d’interprétation du mouvement. Naturellement, chacun y a vu une validation de sa propre théorie sur l’état de la société française. Certains termes ont fait florès, comme jacquerie lancé par Éric Zemmour, puis repris par une partie de la presse régionale. De son côté, Le Figaro prenait la défense de ces nouveaux ploucs-émissaires, tandis que Christophe Guilluy se réjouissait presque de la fronde de « sa » France périphérique et Nicolas Baverez dissertait sur la revanche des citoyens de base.
Au-delà de leur violence symbolique et de leur condescendance, ces propos répétés ad nauseam urbi et orbi disent sans aucun doute moins de choses sur les gilets jaunes que sur les représentations sociales et spatiales de leurs auteurs.

lundi, novembre 26 2018

La gouvernance de la sécurité publique en Île-de-France

26 11 2018

Cette étude sur la gouvernance de la sécurité publique en Île-de-France cherche à décrypter un système multiscalaire en mutation. À partir d’une enquête qualitative, elle interroge la contribution des différentes strates politico-administratives sur fond de réformes territoriales et pose la question du « qui fait quoi ? » dans un contexte qui favorise à plusieurs titres le renforcement des pouvoirs locaux. À l’évocation du dispositif français de sécurité intérieure, c’est pourtant la prépondérance de l’État qui ressort immanquablement des analyses comparées. S’agissant plus précisément de la région-capitale, cet aspect s’illustre à travers la position dominante de la préfecture de police de Paris. En matière d’ordre public, cette institution bicentenaire au statut singulier tient le premier rôle, ayant même renforcé son aire d’influence ces dernières années dans une logique d’extension métropolitaine de son périmètre d’intervention. Ce rôle n’est cependant pas exclusif puisque la participation d’autres acteurs est encouragée, laissant une place croissante aux autorités locales dans la coproduction de sécurité.

dimanche, novembre 25 2018

Gilets jaunes et cagoules noires : l’île de la Réunion telle qu’on l’ignore

25 11 2018

Noyer les problèmes économiques et sociaux qui s’expriment avec les gilets jaunes dans une jacquerie postcoloniale de quelques précaires, dont la frange de la jeunesse la plus marginalisée se livre à des exactions qui ne peuvent qu’être condamnables, est une erreur politique. C’est même une irresponsabilité. Car on le sait quand un problème n’est pas traité politiquement, il finit dans la rue et dans les urnes. L’ordre public n’est plus respecté quand l’ordre social apparaît injuste notamment pour les jeunes réunionnais.
A La Réunion, la faillite économique, la précarité et le conflit ethnique et social guettent. Comment les politiques réunionnais et le gouvernement français peuvent-ils rester sourds à la situation catastrophique que connaît l’île ? Comment ne pas comprendre que La Réunion risque aujourd’hui de voir imploser sa société déjà bien fragilisée par le chômage et la précarité, et dont les gilets jaunes et lesdites cagoules noires n’en sont qu’une expression ?

samedi, novembre 24 2018

Qu'est-ce que le macronisme ?

24 11 2018

La_paradoxe_du_macronisme.jpgFin du clivage gauche-droite, conversion des Français au libéralisme économique et aux valeurs de tolérance, désir de vivre ensemble autrement… La victoire d'Emmanuel Macron en 2017 serait le signe d'une recomposition historique du paysage politique français, et le macronisme une réponse aux attentes profondes du Français nouveau, ce citoyen du XXIe siècle. Et s'il s’agissait plutôt d’une élection par défaut, née d’un décalage inédit entre l’offre et la demande électorales dont le jeune Président a su s’emparer avec un remarquable sens politique ?
Pour tenter de retracer l’ADN du macronisme, à l’issue d’une année aux affaires, Luc Rouban s’appuie sur des enquêtes de grande ampleur portant sur l’opinion des Français comme sur l’entourage présidentiel et la nouvelle Assemblée. Ses trouvailles mettent à mal le mythe d’une « disruption » et pointent les paradoxes d’un pouvoir qui se veut horizontal et mobilisant les bonnes volontés, alors qu’en réalité il renforce la verticalité, crée de nouvelles oligarchies et accentue la fracture sociale.

vendredi, novembre 23 2018

Les niveaux d’usage des drogues illicites en France en 2017

23 11 2018

On observe toutefois qu’après une décennie de hausse, plusieurs niveaux d’usage en 2017 sont globalement stables par rapport à ceux de 2014. Par ailleurs, le profil des consommateurs se diversifie, intégrant davantage de trentenaires et d’actifs en emploi.
En 2017, la part des expérimentateurs de cannabis a continué d’augmenter et concerne désormais près de la moitié des adultes. Si la proportion des usagers actuels dans l’ensemble de la population adulte n’a pas varié par rapport à 2014 (un adulte sur dix), le développement d’une consommation régulière dans la population active au-delà de 25 ans se confirme, laissant supposer que l’usage de cannabis ne serait plus l’apanage exclusif des jeunes générations et persisterait après l’entrée dans la vie professionnelle.
Comme pour le cannabis, les usages de cocaïne et de MDMA/ecstasy se développent plus fréquemment qu’auparavant au-delà de la tranche d’âge clé des 18-25 ans, reflétant l’accroissement de l’accessibilité et de la disponibilité de ces produits.

jeudi, novembre 22 2018

Vous avez dit Communautarisme ?

22 11 2018

Livre_sur_communautarisme.jpgLa fréquence des publications d’articles ou de monographies qui dénoncent le « mot-matraque » (pour reprendre l’expression de Marwan Mohammed, p. 83) de « communautarisme » est à l’aune de la fréquence avec laquelle politiques de droite comme de gauche mais aussi médias eux-mêmes utilisent ce même mot, qui est un très puissant levier d’altérisation d’un groupe racialisé : les musulmans. Ceci atteste de façon affligeante le mépris avec lequel les partis de gouvernement traitent les travaux des chercheurs en sciences sociales, grâce auxquels, reconnaissons-le, on ne peut pas gagner aux élections.
Le dernier court ouvrage coordonné par Marwan Mohammed et Julien Talpin offre un panorama succinct et très cohérent de cette notion « moins descriptive que répressive » (p. 69).

Lire la suite...

mercredi, novembre 21 2018

L’humanité soumise à des catastrophes climatiques en cascade

21 11 2018

Dans la Bible, Dieu a puni l’Egypte en lui infligeant dix plaies. L’humanité actuelle, elle, a subi les foudres du changement climatique d’au moins 467 façons différentes. Surtout, ces châtiments vont redoubler, puisqu’en 2100, la moitié de la population pourrait être menacée par trois à six catastrophes climatiques (sécheresses, vagues de chaleur, inondations, etc.) d’intensité maximale de manière simultanée si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas réduites drastiquement. Voilà les deux conclusions d’une étude inédite, originale et très inquiétante, publiée dans Nature Climate Change lundi 19 novembre, qui aborde pour la première fois les risques cumulés entraînés par le dérèglement climatique.

mardi, novembre 20 2018

Le pouvoir politique face à la colère des "Gilets jaunes"

20 11 2018

Gilets_jaunes.jpgLes piliers de la société salariale avaient conduit à l’émergence d’une société relativement stabilisée autour d’une noyau central majoritaire de gens se vivant comme membres d’une large classe moyenne. Ils connaissent un effritement inquiétant pour le maintien du consensus social et du soutien au régime démocratique qui ne semble plus tenir ses promesses protectrices et émancipatrices.
Le mouvement des gilets jaunes dans sa spontanéité et l’éclectisme de ses slogans nous dit cette exaspération qui grondait. Elle s’exprime dans la rue aujourd’hui, mais ne pas traiter politiquement ses causes pourra conduire à une jacquerie électorale dans les urnes autrement plus déstabilisatrice que quelques milliers de blocages sur les routes.

Photo : theconversation.com

samedi, novembre 17 2018

Une intensification de la pauvreté en France en 2018

17 11 2018

Plus d’un tiers des Français a été confronté en 2018 aux privations multiples avec toutes les souffrances que cela comporte. Ils étaient 37 % en 2017, ils sont désormais 39 % (+ 2 points) à avoir connu un moment de leur vie une situation de pauvreté. L’intensification de la pauvreté en France poursuit une tendance inquiétante. La crise économique de 2008, la plus grave depuis l’après-guerre a favorisé une accentuation des inégalités. Ce qui entrave la mobilité sociale des plus modestes, quand on est né au bas de la structure sociale, la reproduction sur plusieurs générations demeure un destin probable.
Les interviewés dont les revenus actuels sont les plus faibles sont 65 % à avoir été pauvres. Ce chiffre est inquiétant, car il est sans conteste le marqueur d’une intensification de la pauvreté et de ses risques d’irréversibilité. Depuis plus dix ans le baromètre Ipsos-SPF pointe une augmentation constante de ce chiffre.

jeudi, novembre 15 2018

Comment faire le maintien de l’ordre dans une démocratie adulte ?

15 11 2018

Maintien_de_l__ordre.jpgDepuis la loi Travail de 2016, les tensions lors des manifestations de voie publique se multiplient. Manifestations interdites, augmentation des blessés parmi les forces de l’ordre et les manifestants, volonté politique répressive : de plus en plus de citoyens dénoncent la gestion peu démocratique de ces événements, tandis que les forces de l’ordre font régulièrement part de leur désarroi et de leur épuisement. Le « maintien de l’ordre à la française » ne parviendrait donc plus à garantir les libertés publiques. Cette exigence démocratique doit guider une profonde réforme du maintien de l’ordre français, comme le proposent Guillaume Farde et Francis Delcourt.

Photo : leplus.nouvelobs.com

lundi, novembre 12 2018

Comment la rénovation urbaine transforme les classes populaires

12 11 2018

Si plusieurs enquêtes ont souligné les effets sur les mobilités et sur le peuplement de la politique contemporaine de rénovation urbaine instaurée par la loi « Borloo » de 2003, peu de travaux se sont penchés sur la manière dont elle affecte les pratiques, les représentations et les modes de vie des habitants de ces quartiers. C’est ce point aveugle de la recherche que ce texte propose d’éclairer, à partir d’une enquête conduite pendant six ans (2006-2012) dans le grand ensemble des Minguettes, en banlieue populaire lyonnaise. À partir d’une diversité d’outils d’investigation – entretiens approfondis avec des habitants, avec les agents chargés de mettre en œuvre la rénovation, analyse statistique du peuplement et des mobilités, observations directes et archives –, cette recherche analyse la manière dont la rénovation urbaine affecte les classes populaires des cités HLM.

dimanche, novembre 11 2018

Discriminer pour gouverner. Gagnants et perdants du jeu communautaire à Marseille

11 11 2018

La célébration du cosmopolitisme marseillais et de ses « communautés » est devenue un puissant véhicule de représentations. Promue par les médias, certaines élites politiques et économiques, voire même par des auteurs de sciences sociales, elle se fonde parallèlement sur une rhétorique exaltant la coexistence harmonieuse de « communautés », terme pouvant désigner, selon les besoins, des groupes nationaux, ethniques, ou ethnico-religieux. Les années 1990 et 2000 ont vu se consolider le discours consensuel sur le Marseille de la diversité ethnique et religieuse, du vivre ensemble et de la paix intercommunautaire. Tant de rhétorique laisse pourtant perplexe lorsqu’on analyse et lorsqu’on compare les processus de formation et d’institutionnalisation des groupes et milieux « communautaires » construits de façon très inégalitaire selon leurs origines, appartenances, religions et milieux sociaux ; lorsqu’on se penche sur les politiques et les choix de redistribution des ressources (emplois publics, logements HLM, etc.) fondé sur des relations clientélaires ; ou lorsque enfin, on manie de façon fort différente selon les groupements identifiés, les choix de reconnaissance mémorielle et symbolique.

vendredi, novembre 9 2018

Evasion fiscale : un an après, quel bilan pour les « Paradise Papers » ?

9 11 2018

Les « Paradise Papers », vous vous souvenez ? C’était il y a un an, le 5 novembre 2017. Un nouveau scandale d’évasion fiscale à grande échelle éclatait, à la faveur d’une nouvelle enquête réalisée par le consortium de journalisme d’investigation américain ICIJ, avec 96 médias partenaires, dont, en France, Le Monde et Radio France. Le point de départ : une fuite de 13,5 millions de documents issus pour l’essentiel d’un cabinet d’avocats spécialisé dans l’offshore et basé aux Bermudes, Appleby. Cette enquête montrait qu’en dépit des précédents scandales, eux aussi révélés par la presse, les paradis fiscaux étaient loin d’être disqualifiés.
Un an après les « Paradise Papers », les règles du jeu fiscal ont-elles changé dans l’Union européenne ? Le bilan est contrasté.

mercredi, novembre 7 2018

A Marseille, une mairie incompétente et un Etat absent

7 11 2018

FRANCE-BUILDING-COLLAPSELes morts de la rue d’Aubagne, ensevelis dans l'effondrement de trois immeubles lundi 5 novembre, ne sont pas les victimes d’un coup du sort et encore moins des « fortes pluies » tombées sur la ville, scandaleuse explication avancée par la municipalité à l'annonce de la catastrophe. Ils sont le bilan tragique des décennies de laisser-faire et d'incurie de la municipalité dirigée par Jean-Claude Gaudin, élu maire (LR) en 1995. Marseille est de longue date une magnifique ville en souffrance. Son prétendu folklore, ses images clichés, ses particularités, sa pauvreté aussi, ont toujours servi d’explications et surtout d’excuses aux responsables politiques comme aux hauts fonctionnaires de l’État.

Photo : mediapart.fr

mardi, novembre 6 2018

Football Leaks, saison 2

6 11 2018

Manchester_city.jpgDeux ans après une première salve de révélations qui avaient mis en cause plusieurs stars internationales, Mediapart et ses partenaires du réseau EIC reviennent avec une nouvelle masse de documents inédits, la plus grande fuite de l'histoire du journalisme. Fraude, racisme, dopage, achat de matches, exploitation des mineurs, corruption étatique, espionnage, impunité des dirigeants et des clubs... c’est pire que la saison 1.

- page 2 de 184 -