Controverses, polémiques, pétitions

Fil des billets

mardi, juin 20 2017

Les travailleuses du sexe chinoises entre répression et revendication

20 06 2017

manifestation_loi_prostitution.pngAu cours de sa campagne présidentielle de 2012, le candidat François Hollande défendait l’abrogation du délit de racolage public (même passif) mis en place dans le cadre de la Loi de sécurité intérieure de 2003. Le futur président évoque aussi son souhait d’ouvrir le débat sur la possible pénalisation des clients. Si la proposition de suppression du délit de racolage est unanimement soutenue par les travailleuses et travailleurs du sexe et par les associations – associations de prévention, associations communautaires ou associations abolitionnistes –, celle de la pénalisation des clients divise les acteurs concernés. Le 16 mars 2013, place Pigalle, les femmes chinoises sont pour la première fois nombreuses aux côtés d’autres travailleuses et travailleurs du sexe et membres d’associations de soutien.

samedi, juin 17 2017

Erreurs, gaspillages, fraudes... vers une "affaire" du Tunnel Lyon-Turin ?

17 06 2017

Tunnel_lyon_turin.jpgLe chantier du tunnel Lyon-Turin a débuté en 2014. C'est une véritable saga qui risque de durer encore longtemps.
Sur le papier, le tunnel Lyon-Turin c'est : un chantier qui prendra fin en 2030, deux galeries de 57 kilomètres sous le col du Mont-Cenis, entre Saint-Jean de Maurienne côté Français, et le Val de Suze côté italien, un moyen de faire circuler des trains pour voyageurs (à 220 km/h), ainsi que des trains de marchandises, 80 % du trafic assuré par des camions placés sur des trains afin de désengorger les vallées polluées, un chantier pris en charge par un consortium de 6 entreprises franco-italiennes nommé TELT (Tunnel Euralpin Lyon Turin), un promoteur public qui appartient à 50% à l'Etat Français et à 50% aux chemins de fer italiens.

Voir aussi "Lyon-Turin : enquête sur un tunnel au coût astronomique" (France 3)
Photo : franceinter.fr

lundi, juin 12 2017

Neuf associations dénoncent le projet de loi antiterroriste

12 06 2017

Etat_d_urgence_militaires_paris.jpgÀ peine installé, le gouvernement d’Édouard Philippe a déjà réussi à provoquer une mobilisation rarement vue des associations de défense des libertés publiques contre son projet de loi visant à pérenniser les principales mesures permises par l’état d’urgence. Vendredi 9 juin, un collectif de neuf organisations (ACAT, Amnesty international, Action droits des musulmans, LDH, Quadrature du Net, Observatoire international des prisons, GISTI, Credof, Human Rights Watch, Syndicat de la magistrature) ont organisé une conférence de presse pour demander « solennellement » au président de la République de « retirer ce projet de loi inacceptable ».
« L’heure est très grave, a asséné l’avocat William Bourdon. on justifiait l’état d’urgence par son caractère exceptionnel. Avec ce projet de loi, la France inaugure quelque chose que seule la Turquie a tenté de faire. »

Photo : ouest-france.fr

jeudi, juin 1 2017

L'état d'urgence et l'atteinte au droit de manifester

1 06 2017

Gendarmes_mobiles.jpgDepuis novembre 2015 et les terribles attentats qui ont touché la France, l’état d’urgence a été instauré et renouvelé à cinq reprises. Alors que son objet est de prévenir de nouvelles attaques, les mesures de l’état d’urgence ont été utilisées pour interdire 155 manifestations. Tous les 3 jours environ, une manifestation est interdite en France sous ce prétexte. Par ailleurs, 595 interdictions individuelles de manifester ont été ordonnées par les préfectures en France, sous l’argument de prévenir les violences lors des manifestations, alors que le plus souvent il n’existait que peu ou pas d’éléments démontrant que ces personnes auraient participé à des violences.

lundi, mai 1 2017

A mes amis qui hésitent à voter au second tour de la présidentielle

1 05 2017

danger_extreme_droite.JPGCertains parmi vous, parfois des proches, font savoir qu’ils n’iront pas aux urnes, ou qu’ils voteront blanc, ou alors nul. J’ai écouté. Sans morgue ni arrogance, mais sans états d’âme non plus, je voudrais vous dire deux ou trois choses.
Non les amis, un centriste et un fasciste, ce n’est pas la même chose. L’histoire nous l’enseigne. L’extrême-droite, même relookée et maquillée, n’est pas républicaine et ne défend pas les plus faibles. En ce qui me concerne, c'est un principe, je ne veux pas que la discrimination soit inscrite dans la Constitution. Je ne veux pas de préférence nationale. Je préfère le droit à la force, l’égalité à l’ordre, la culture au folklore et l’échange au repli.

lundi, avril 3 2017

Le service militaire, objet de fantasmes politiques

3 04 2017

Entrainement_militaire.jpgOn n’en finit plus, dans cette campagne électorale, de débattre du service national obligatoire. Lors des primaires, à gauche et à droite, les candidats favorables à son rétablissement sous une forme ou sous une autre, ou à la fabrication d’ersatz du défunt service militaire, ont finalement été sortis. On se souviendra notamment du projet cocasse imaginé par Nicolas Sarkozy de confier les décrocheurs scolaires aux armées.
Emmanuel Macron est venu remettre le sujet sur le tapis en présentant son programme pour la défense, le 2 mars dernier, à Paris. Il y a fait une annonce fracassante : rétablir un service national universel d’un mois encadré par des militaires et des gendarmes. Un mois plus tard et quelques fluctuations langagières plus tard, on peine encore à savoir précisément ce que veut le candidat.

Photo : theconversation.com

jeudi, mars 30 2017

Y a-t-il trop de fonctionnaires en France ?

30 03 2017

hopital_en_lutte.jpgEn contexte électoral, il n’est pas rare que les affirmations péremptoires sur la nécessaire réduction du volume de la fonction publique se multiplient. À l’approche des présidentielles 2017, la « primaire de la droite et du centre » a ouvert le bal. Résultat : c’est le porteur de la proposition maximaliste qui l’emporta : François Fillon promet une diminution de 500 000 emplois dans la fonction publique entre 2017 et 2022 s’il était élu.
Ces promesses s’inscrivent non seulement dans la continuité des politiques de réduction ou de stabilisation des effectifs de l’État menées depuis le milieu des années 2000, mais aussi, et surtout, dans une longue tradition de dénonciation d’un nombre plus souvent fantasmé que véritablement mesuré.

Photo : laviedesidees.fr

lundi, mars 20 2017

Radicalisation et mystifications

20 03 2017

Radicalisation_def.jpgLa radicalisation fait désormais partie de ces « choses » dont tout le monde a quelque chose à dire. Les attentats, les départs en Syrie comme les formes ostensibles de certaines pratiques religieuses, passés au filtre du sens commun, produisent comme une évidence de la radicalisation : elle est, preuve en est. Après tout, cette antienne ordinaire ne fait que traduire le souci – ordinaire lui aussi – de donner sens, de répondre facilement à ce qui échappe à une compréhension immédiate. Par contre, ce qui est plus troublant à propos de la radicalisation est la superposition entre le sens commun, le champ scientifique et le monde politique pour ne pas dire médiatico-politique. Ces trois univers devraient pourtant se distinguer les uns des autres sur au moins deux niveaux : le temps et la rationalité. Or, ils se confondent. Enfermés dans un présent sans passé ni avenir, ils réagissent trop vite en pointant l’immédiatement saisissable du phénomène avec la ferme intention de l’éradiquer. Mais éradiquer quoi au juste ? De quoi parlons-nous exactement lorsque nous parlons de radicalisation ?

Illustration : eulogos.blogactiv.eu

dimanche, mars 19 2017

Enquête sur les pratiques immobilières de Mc Donald's

19 03 2017

mcdonalds_report.jpgMcDonald’s est un acteur dominant du secteur de la restauration rapide à l’échelle mondiale. En Europe en 2015, McDonald’s représentait plus de 30% des ventes du marché de la restauration rapide à l’américaine dans 19 pays (76% en France). Ce que le grand public ignore toutefois, c'est que la plupart de ses bénéfices proviennent de ses opérations immobilières et non de la vente de hamburgers. McDonald’s est en effet la plus grande société immobilière du monde et contrôle la plupart des biens immobiliers utilisés pour l’exploitation de ses restaurants. Ce rapport détaille comment le pouvoir de marché de McDonald’s et ses pratiques immobilières permettent à cette entreprise d’extraire de ses franchisés des loyers potentiellement excessifs par rapport à ses concurrents. Il décrit également comment ces pratiques sont susceptibles d'avoir des conséquences négatives et graves dans les villes où sont exploités les restaurants.

Photo : effat.org

mercredi, mars 8 2017

Ne m’appelez plus jamais mineur délinquant !

8 03 2017

le_choix_des_mots.jpgArticle paru dans Actualités Sociales Hebdomadaires, n° 3000 du 06 mars 2017.
Cela fait aujourd’hui 72 ans qu’a été adoptée l’ordonnance du 2 février 1945 régissant le droit pénal des mineurs. A l’occasion de cet anniversaire, lançons l’idée d’une modeste réforme. Modeste car on sait ce qu’il est advenu de la fameuse refonte tant annoncée et espérée (1)… Une simple réforme des mots à défaut de modifications du fond : proposons de prohiber désormais toute utilisation dans les textes, mais aussi dans les discours des professionnels, et peut-être un jour des hommes et des femmes politiques, des termes accolés de “mineur” et de “délinquant”.

Lire la suite...

samedi, mars 4 2017

La Cinquième République finit en fait divers

4 03 2017

Ca_sent_le_sapin.jpgRégime du coup d’État permanent, la Cinquième République aura donc fini par dévorer la politique elle-même. Régime d’exception, sans équivalent dans d’autres démocraties, réduisant la souveraineté de tous au pouvoir d’un seul et la complexité démocratique au simplisme autoritaire, elle arrive au terme de sa malfaisance destructrice. Sous nos yeux, la voici qui agonise en fait divers, prise en otage par un forcené qui en saccage tous les symboles et en piétine tous les repères.
Loin d’avoir préservé un État fort, elle n’a eu de cesse d’affaiblir la République comme maison commune et de protéger la minorité qui se l’est appropriée, professionnels indéboulonnables et interchangeables d’une politique sans vertu. Car qu’est-ce que l’affaire Fillon, entre emploi fictif et clientélisme affairiste, sinon la révélation au grand jour de la corruption du parlementarisme lui-même, à l’abri d’une opacité d’Ancien Régime ?

Photo : Republicain-lorrain.fr

mardi, février 28 2017

Politiques publiques des drogues : lançons un débat citoyen !

28 02 2017

Photo_ECHO_politiques_des_drogues.jpegContrairement à d’autres pays en Europe et dans le monde, la France reste à l’écart de cette remise en question malgré un bilan qui ne cesse de s’aggraver. Notre pays possède notamment les taux de consommation les plus élevés d’Europe pour l’usage du cannabis chez les 15-34 ans.
Il est temps que la France s’engage à son tour dans un véritable débat national sur le bien-fondé des politiques menées depuis bientôt 50 ans. Seules des assises publiques nationales permettront de sortir de l’impasse. Acteurs des secteurs associatifs et médicaux, avocats, universitaires, juges, journalistes, policiers, élus locaux et nationaux, entrepreneurs et citoyens de tous bords politiques, nous appelons au rassemblement le plus large possible.

Photo : mesopinions.com

dimanche, février 19 2017

La déradicalisation : mission impossible ?

19 02 2017

Esther_Benbassa.jpgDans un entretien exclusif à la Gazette des communes, la sénatrice (EELV) Esther Benbassa, lève le voile sur les premières conclusions de sa mission d’information sur la déradicalisation. L’occasion de livrer son point de vue, sans langue de bois, sur les polémiques qui visent la prise en charge des candidats au djihad.
Elle déclare ainsi : « Ce que nous avons découvert est quelque peu déroutant parce qu’inattendu. L’impression générale est que les pouvoirs publics, pressés de rassurer la population, ont débloqué beaucoup d’argent pour mettre en œuvre cette « déradicalisation ». Mais le résultat n’est pas assez sérieux et confine au bricolage. Une bonne partie des associations et des structures subventionnées n’ont pas les compétences pour investir ce sujet. On peut parler d’un relatif fiasco ».

vendredi, février 17 2017

La solidarité peut-elle être punie ?

17 02 2017

Cedric_Herrou.jpgOn entend beaucoup parler ces derniers temps de « délit de solidarité ». Il viserait les personnes ayant apporté une aide à des étrangers en situation irrégulière sur notre territoire et permettrait de les réprimer, comme sont réprimés les étrangers eux-mêmes pour le délit d’entrée ou de séjour irréguliers.
Ces étrangers « sans papiers » ne sont pas nécessairement des « clandestins » : selon une étude publiée en 2002 par le Ministère de l’Intérieur, 90% des étrangers en situation irrégulière en France étaient entrés légalement. Certains se retrouvent dans l’illégalité par exemple parce qu’ils n’ont pas pu obtenir de titre de séjour à l’expiration de leur visa ou parce qu’ils n’ont pas obtenu le renouvellement de leur carte temporaire de séjour. Il y a aussi des migrants qui sont entrés sans autorisation en France sous le coup d’une situation d’urgence liée à la guerre ou aux persécutions dans leur pays ou encore à la famine qui y sévit. Ceux-là ont traversé la Méditerranée et plusieurs pays au péril de leur vie pour venir demander l’asile ou trouver ici des conditions de survie.

Lire la suite...

samedi, février 11 2017

A Aulnay-sous-Bois se rejoue un scénario vieux de trente ans

11 02 2017

Logo_Le_Monde.jpgA la fin de l’année 1990 et au début de l’année 1991, une série d’explosions de colère dans une dizaine de quartiers de la banlieue lyonnaise puis de la banlieue parisienne, popularisa en France le mot « émeutes ». A l’époque, celui-ci faisait souvent peur, associé qu’il était aux mots « drogue », « ghetto », « violence urbaine », etc. Il était pourtant bien choisi. Émeute provient du verbe « émouvoir ». Du haut Moyen Age à la Renaissance, une « esmote » désignait une émotion collective prenant la forme d’un soulèvement populaire spontané. Il s’agissait à l’époque des révoltes paysannes.
La séquence qui se déroule ces jours-ci à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) constitue un classique du genre, et vient simplement nous rappeler qu’en vingt-sept ans nous n’avons rien appris et rien changé aux problèmes sociaux et institutionnels qui génèrent régulièrement les éruptions violentes de ce type.

Lire la suite...

- page 1 de 12