Controverses, polémiques, pétitions

Fil des billets

lundi, décembre 4 2017

Affaire Airbnb : le gouvernement a laissé faire depuis 2016

4 12 2017

La_carte_airbnb.jpgAirbnb propose aux loueurs de les payer sur une carte de crédit rechargeable, invisible de l’administration fiscale. Cette carte prépayée permet à son titulaire de l’utiliser dans la limite du montant crédité par Airbnb. Elle est émise par Payoneer depuis Gibraltar, où l’entreprise américaine a obtenu le statut d’Electronic money institution. En clair, elle est autorisée à délivrer des moyens de paiement dans toute l’Union européenne. Depuis 2014, la carte Airbnb/Payoneer est un bon plan qu’on se passe entre propriétaires. Le gouvernement rechigne à imposer de nouvelles règles aux plateformes de location touristique meublée.

Photo : franceinter.fr

jeudi, novembre 23 2017

Des dizaines de députés ont utilisé l'IRFM pour financer l'acquisition d'une permanence

23 11 2017

Ex_deputes_France_Info.jpgA l'issue des élections de juin, 432 députés ont fait leurs adieux à l'Assemblée nationale. Parmi eux, 250 avaient exercé au moins deux mandats au Palais-Bourbon. Franceinfo a enquêté sur le financement des permanences de ces 250 députés "historiques" et les a contactés individuellement, obtenant des retours pour 152 d'entre eux. Cette longue série d'entretiens, associée à un travail de recoupements auprès des services fiscaux, a permis d'identifier 71 propriétaires, soit près d'un élu sur deux. Ce chiffre aurait sans doute été encore plus élevé sans le silence troublant de certains ex-députés qui n'ont pas répondu – et sans les possibles mensonges ou omissions de certains autres.

Illustration : francetvinfo.fr

mercredi, novembre 22 2017

Des assistants de service social refusent d'être instrumentalisés par une préfecture

22 11 2017

Par communiqué du 26 octobre 2017 (http://www.anas.fr/attachment/920474/), l’ANAS informait avoir saisi le 24 octobre 2017 le Président du Conseil Départemental de l’Essonne pour contester l’utilisation du service social et plus particulièrement des assistants de service social de cette institution dans le but de réaliser les enquêtes préfectorales dans le cadre de procédures d’opposition à l’acquisition de la nationalité française à raison du mariage. L’ANAS en conteste la compatibilité légale et déontologique avec la profession d’assistant de service social.
L’équipe de Secretpro.fr a été sollicitée par les médias à ce sujet, avant et après la réponse du Président du Conseil Départemental. Nous reprenons ici les éléments de cette réponse et proposons en une série de remarques notre analyse.

mardi, novembre 7 2017

Immigration, culture et crime : l'utilisation problématique de recherches états-uniennes

7 11 2017

Nadine_Morano_en_2012.jpgL’une des constantes des débats académiques français sur la question des liens entre culture, immigration et criminalité est la mobilisation de références états-uniennes. Loin de faire l’objet d’un consensus, les questions touchant au lien entre immigration, culture et crime sont pourtant particulièrement débattues outre-Atlantique. Il suffit d’effectuer une recension de la littérature existante pour s’apercevoir que la surcriminalité des immigrés, contrairement à ce qu’écrivent certains auteurs français, n’est pas un enseignement classique de la criminologie états-unienne : aucun consensus clair ne ressort des recherches existantes, tant sur le plan théorique que s’agissant des études empiriques quantitatives. L’utilisation sélective d’études états-uniennes pose ainsi problème.

  • Demander le PDF de cet article à l'auteur ( julien.larregue (at) univ-amu.fr )

Photo : buzzfeed.com

dimanche, novembre 5 2017

Petit manuel pour lutter contre les idées simplistes sur le harcèlement sexuel

5 11 2017

Rassemblement_contre_les_violences_sexuelles.jpgLes révélations de l’affaire Weinstein, du nom du producteur aux Etats-Unis qui est accusé de viol par quatorze femmes et d’agression sexuelle par près d’une centaine d’autres, ont permis une certaine libération de la parole sur les réseaux sociaux, notamment en France à travers les hashtags #balancetonporc et #moiaussi.
Une libération qui ne met évidemment pas fin au machisme ancré dans la société depuis des siècles, en témoignent des réactions que vous avez probablement dû entendre à la radio, à la maison ou au travail.

Photo : lemonde.fr

jeudi, octobre 26 2017

Pour une nouvelle civilité sexuelle

26 10 2017

Harcelement_sexuel_Severin_Millet.jpg« Balance ton porc : le grand délathon a commencé », a écrit la journaliste Elisabeth Lévy. Et Alain Finkielkraut d’en rajouter : avec ce hashtag dont la vulgarité et la brutalité passent l’imagination, c’est, selon lui, la fin de la plus élémentaire présomption d’innocence, tous les hommes brutalement transformés en porcs, cependant que sonne le glas d’une époque révolue, celle de la mixité heureuse et du respect des manières, cœur de la civilisation des mœurs, fierté d’une certaine identité française. Je n’en reviens pas. Je me demande si nous vivons dans le même monde.

Lire la suite...

jeudi, octobre 19 2017

La relation entre pornographie et hypersexualisation

19 10 2017

Harcelement_sexuel.jpgLe présent article tend à démontrer le lien existant entre la prolifération invasive de la culture pornographique et son impact à travers toutes les strates de la vie sociale, peu importe le sexe, l’âge ou l’orientation sexuelle de la personne. Lien relevant à la fois de l’évolution instrumentalisée en ce qui a trait à l’accessibilité aux images devenues hors de tout contrôle et à la fois du comportement de l’être dans toute sa complexité, dont l’hypersexualisation. Pointe de l’iceberg dépassant le caractère de simples photos ou de films dits explicites et que tout le monde croit connaître : celle d’être prisonnier de ses propres pulsions lorsque la crudité des images offertes par simple procuration devient réalité.

Photo : youtube.com/watch?v=ZyokVj9O6zE

mardi, octobre 10 2017

Qui veut bâillonner les universitaires ?

10 10 2017

Plus de discussions libres entre universitaires et journalistes : l'Université de Strasbourg vient d'édicter une note de service fixant une procédure générale de subordination de toute expression publique auprès des médias, notamment des enseignants-chercheurs ainsi soumis au bon vouloir des services centraux de communication et du président de l'université de Strasbourg.

Mise à jour:
- Université de Strasbourg : la procédure est suspendue.
- La pseudo censure de Jacques Sapir.

jeudi, octobre 5 2017

Vous n'aurez pas la peau de la sociologie !

5 10 2017

Les_chiens_aboient_la_caravane_passe.jpgCertains livres s’avancent vers leur lecteur enrobés d’un petit parfum de scandale. Commenté dans les magazines avant même d’être disponible pour ses lecteurs, le pamphlet coécrit par Gérald Bronner et Etienne Géhin se qualifie sans peine dans cette catégorie. Les deux auteurs sont d’ailleurs coutumiers du fait. Il y a quelques années, ils attaquaient ensemble le principe de précaution, qui leur paraissait être tout à la fois une manifestation populiste de défiance à l’égard de la science et une flagrante erreur de jugement. Cette fois, la cible n’est rien d’autre que la sociologie elle-même.
A lire les auteurs, celle-ci serait à la fois en danger de sombrer dans un déterminisme obscurantiste et un danger pour la morale publique. A vrai dire, la thèse n’a rien d’original.

Lire la suite...

jeudi, septembre 14 2017

L’école, la violence, l’islam, Marseille : un livre à côté de la plaque ?

14 09 2017

Livre_Ravet.jpgEn cette rentrée des classes, un livre sur l’école a fait le buzz plus que d’autres : le livre témoignage de Bernard Ravet, ancien principal de collège à Marseille, intitulé de façon intriguante Principal de collège ou imam de la République ?. Emmanuel Davidenkoff est mentionné comme celui qui « a permis de réaliser l’aventure éditoriale » en assurant sa « mise en forme ». L’ouvrage avait au moins trois raisons de réussir son entrée sur le marché.
D’abord, l’auteur est un personnage attachant, connu à Marseille et qui a beaucoup d’amis. Le livre raconte sa trajectoire et son vécu. Issu du vieux quartier de la Croix-Rousse à Lyon, Bernard Ravet a été formé comme instituteur dans les années 60-70.

Lire la suite...

dimanche, septembre 10 2017

Les sulfureuses privatisations d’Emmanuel Macron

10 09 2017

Contrat_autoroutes.jpgMême si le gouvernement n’a encore donné que très peu de détails sur les privatisations qu’il envisage pour la durée du quinquennat, deux raisons majeures font craindre qu’elles ne soient les plus controversées que la France ait jamais connues. D’abord, la France a déjà abandonné aux appétits privés les sociétés industrielles, financières et commerciales qu’elle contrôlait et ne détient plus dans certains de ces groupes que des participations minoritaires. L’essentiel des futures cessions d’actifs pourrait donc porter sur des biens d’un autre type : des « biens communs », comme disent les économistes, c’est-à-dire des entreprises qui assument des missions de service public. Ensuite, si le passé parle pour l’avenir, les privatisations conduites par Emmanuel Macron du temps où il était ministre de l’économie constituent un très mauvais présage pour les futures opérations.

Image : francetvinfo.fr

vendredi, septembre 8 2017

Attentat de Barcelone : le retour des « experts »

8 09 2017

Attentat_Barcelone_retour_des_experts.jpgDans un précédent article à propos de la couverture médiatique de l’attentat de Barcelone, nous avons montré comment la qualité et la fiabilité de l’information souffraient de la précipitation induite par la course au « direct » imposée à tous les médias par les chaînes d’information en continu. Mais cette course de vitesse avec les événements, souvent aussi confuse qu’anxiogène, n’est pas la seule tare de ce journalisme par temps d’attentat : pour meubler le vide et donner un semblant de recul aux commentaires mal informés des journalistes, les grands médias ont, comme à leur habitude, fait appel aux « experts ». Comme lors des précédents attentats, des « spécialistes » et autres « consultants » se sont ainsi succédé sur les antennes des principaux médias d’information pour prodiguer leurs pertinentes « analyses » d’un événement dont on ne savait alors à peu près rien.

Photo : acrimed.org

jeudi, juillet 13 2017

Banalisation de l’état d’urgence : une menace pour l’Etat de droit

13 07 2017

Gendarmes_mobiles.jpgVoilà plusieurs décennies que la lutte antiterroriste est le vecteur d’une mutation profonde de notre système politique : contre la menace terroriste, les gouvernements successifs ont progressivement renoncé à des principes essentiels protégeant les individus contre l’arbitraire. A cet égard, le énième projet de loi «renforçant la lutte antiterroriste» marque une étape décisive : proposant d’inscrire dans le droit ordinaire les principales mesures autorisées à titre exceptionnel dans le cadre de l’état d’urgence, il hypothèque les libertés de tous de manière absolument inédite. Malgré les dénégations de l’exécutif, c’est bien à une banalisation de l’état d’urgence que procède le projet de loi qui va être présenté au Parlement suivant la procédure accélérée.

vendredi, juin 30 2017

Les boues rouges. Les dessous d’un scandale en Méditerranée

30 06 2017

usine_alteo.jpgVoici une incroyable histoire de pollution, qui a pour décor le Parc national des Calanques, l’un des plus beaux paysages de Méditerranée.
Pour comprendre, il faut longer, comme un fil rouge, un tuyau de 50 km de long. Un tuyau qui part d’une usine, quelque part dans l’arrière-pays marseillais, et qui déverse en mer depuis 50 ans, avec la bénédiction des autorités préfectorales, ses déchets industriels. De 1966 à fin 2015, plusieurs dizaines de millions de m3 de résidus toxiques, les fameuses “boues rouges”, ont ainsi été rejetées dans la méditerranée au large de la ville de Cassis.

mardi, juin 20 2017

Les travailleuses du sexe chinoises entre répression et revendication

20 06 2017

manifestation_loi_prostitution.pngAu cours de sa campagne présidentielle de 2012, le candidat François Hollande défendait l’abrogation du délit de racolage public (même passif) mis en place dans le cadre de la Loi de sécurité intérieure de 2003. Le futur président évoque aussi son souhait d’ouvrir le débat sur la possible pénalisation des clients. Si la proposition de suppression du délit de racolage est unanimement soutenue par les travailleuses et travailleurs du sexe et par les associations – associations de prévention, associations communautaires ou associations abolitionnistes –, celle de la pénalisation des clients divise les acteurs concernés. Le 16 mars 2013, place Pigalle, les femmes chinoises sont pour la première fois nombreuses aux côtés d’autres travailleuses et travailleurs du sexe et membres d’associations de soutien.

- page 2 de 14 -