Controverses, polémiques, pétitions

Fil des billets

jeudi, octobre 26 2017

Pour une nouvelle civilité sexuelle

26 10 2017

Harcelement_sexuel_Severin_Millet.jpg« Balance ton porc : le grand délathon a commencé », a écrit la journaliste Elisabeth Lévy. Et Alain Finkielkraut d’en rajouter : avec ce hashtag dont la vulgarité et la brutalité passent l’imagination, c’est, selon lui, la fin de la plus élémentaire présomption d’innocence, tous les hommes brutalement transformés en porcs, cependant que sonne le glas d’une époque révolue, celle de la mixité heureuse et du respect des manières, cœur de la civilisation des mœurs, fierté d’une certaine identité française. Je n’en reviens pas. Je me demande si nous vivons dans le même monde.

Lire la suite...

jeudi, octobre 19 2017

La relation entre pornographie et hypersexualisation

19 10 2017

Harcelement_sexuel.jpgLe présent article tend à démontrer le lien existant entre la prolifération invasive de la culture pornographique et son impact à travers toutes les strates de la vie sociale, peu importe le sexe, l’âge ou l’orientation sexuelle de la personne. Lien relevant à la fois de l’évolution instrumentalisée en ce qui a trait à l’accessibilité aux images devenues hors de tout contrôle et à la fois du comportement de l’être dans toute sa complexité, dont l’hypersexualisation. Pointe de l’iceberg dépassant le caractère de simples photos ou de films dits explicites et que tout le monde croit connaître : celle d’être prisonnier de ses propres pulsions lorsque la crudité des images offertes par simple procuration devient réalité.

Photo : youtube.com/watch?v=ZyokVj9O6zE

mardi, octobre 10 2017

Qui veut bâillonner les universitaires ?

10 10 2017

Plus de discussions libres entre universitaires et journalistes : l'Université de Strasbourg vient d'édicter une note de service fixant une procédure générale de subordination de toute expression publique auprès des médias, notamment des enseignants-chercheurs ainsi soumis au bon vouloir des services centraux de communication et du président de l'université de Strasbourg.

Mise à jour:
- Université de Strasbourg : la procédure est suspendue.
- La pseudo censure de Jacques Sapir.

jeudi, octobre 5 2017

Vous n'aurez pas la peau de la sociologie !

5 10 2017

Les_chiens_aboient_la_caravane_passe.jpgCertains livres s’avancent vers leur lecteur enrobés d’un petit parfum de scandale. Commenté dans les magazines avant même d’être disponible pour ses lecteurs, le pamphlet coécrit par Gérald Bronner et Etienne Géhin se qualifie sans peine dans cette catégorie. Les deux auteurs sont d’ailleurs coutumiers du fait. Il y a quelques années, ils attaquaient ensemble le principe de précaution, qui leur paraissait être tout à la fois une manifestation populiste de défiance à l’égard de la science et une flagrante erreur de jugement. Cette fois, la cible n’est rien d’autre que la sociologie elle-même.
A lire les auteurs, celle-ci serait à la fois en danger de sombrer dans un déterminisme obscurantiste et un danger pour la morale publique. A vrai dire, la thèse n’a rien d’original.

Lire la suite...

jeudi, septembre 14 2017

L’école, la violence, l’islam, Marseille : un livre à côté de la plaque ?

14 09 2017

Livre_Ravet.jpgEn cette rentrée des classes, un livre sur l’école a fait le buzz plus que d’autres : le livre témoignage de Bernard Ravet, ancien principal de collège à Marseille, intitulé de façon intriguante Principal de collège ou imam de la République ?. Emmanuel Davidenkoff est mentionné comme celui qui « a permis de réaliser l’aventure éditoriale » en assurant sa « mise en forme ». L’ouvrage avait au moins trois raisons de réussir son entrée sur le marché.
D’abord, l’auteur est un personnage attachant, connu à Marseille et qui a beaucoup d’amis. Le livre raconte sa trajectoire et son vécu. Issu du vieux quartier de la Croix-Rousse à Lyon, Bernard Ravet a été formé comme instituteur dans les années 60-70.

Lire la suite...

dimanche, septembre 10 2017

Les sulfureuses privatisations d’Emmanuel Macron

10 09 2017

Contrat_autoroutes.jpgMême si le gouvernement n’a encore donné que très peu de détails sur les privatisations qu’il envisage pour la durée du quinquennat, deux raisons majeures font craindre qu’elles ne soient les plus controversées que la France ait jamais connues. D’abord, la France a déjà abandonné aux appétits privés les sociétés industrielles, financières et commerciales qu’elle contrôlait et ne détient plus dans certains de ces groupes que des participations minoritaires. L’essentiel des futures cessions d’actifs pourrait donc porter sur des biens d’un autre type : des « biens communs », comme disent les économistes, c’est-à-dire des entreprises qui assument des missions de service public. Ensuite, si le passé parle pour l’avenir, les privatisations conduites par Emmanuel Macron du temps où il était ministre de l’économie constituent un très mauvais présage pour les futures opérations.

Image : francetvinfo.fr

vendredi, septembre 8 2017

Attentat de Barcelone : le retour des « experts »

8 09 2017

Attentat_Barcelone_retour_des_experts.jpgDans un précédent article à propos de la couverture médiatique de l’attentat de Barcelone, nous avons montré comment la qualité et la fiabilité de l’information souffraient de la précipitation induite par la course au « direct » imposée à tous les médias par les chaînes d’information en continu. Mais cette course de vitesse avec les événements, souvent aussi confuse qu’anxiogène, n’est pas la seule tare de ce journalisme par temps d’attentat : pour meubler le vide et donner un semblant de recul aux commentaires mal informés des journalistes, les grands médias ont, comme à leur habitude, fait appel aux « experts ». Comme lors des précédents attentats, des « spécialistes » et autres « consultants » se sont ainsi succédé sur les antennes des principaux médias d’information pour prodiguer leurs pertinentes « analyses » d’un événement dont on ne savait alors à peu près rien.

Photo : acrimed.org

jeudi, juillet 13 2017

Banalisation de l’état d’urgence : une menace pour l’Etat de droit

13 07 2017

Gendarmes_mobiles.jpgVoilà plusieurs décennies que la lutte antiterroriste est le vecteur d’une mutation profonde de notre système politique : contre la menace terroriste, les gouvernements successifs ont progressivement renoncé à des principes essentiels protégeant les individus contre l’arbitraire. A cet égard, le énième projet de loi «renforçant la lutte antiterroriste» marque une étape décisive : proposant d’inscrire dans le droit ordinaire les principales mesures autorisées à titre exceptionnel dans le cadre de l’état d’urgence, il hypothèque les libertés de tous de manière absolument inédite. Malgré les dénégations de l’exécutif, c’est bien à une banalisation de l’état d’urgence que procède le projet de loi qui va être présenté au Parlement suivant la procédure accélérée.

vendredi, juin 30 2017

Les boues rouges. Les dessous d’un scandale en Méditerranée

30 06 2017

usine_alteo.jpgVoici une incroyable histoire de pollution, qui a pour décor le Parc national des Calanques, l’un des plus beaux paysages de Méditerranée.
Pour comprendre, il faut longer, comme un fil rouge, un tuyau de 50 km de long. Un tuyau qui part d’une usine, quelque part dans l’arrière-pays marseillais, et qui déverse en mer depuis 50 ans, avec la bénédiction des autorités préfectorales, ses déchets industriels. De 1966 à fin 2015, plusieurs dizaines de millions de m3 de résidus toxiques, les fameuses “boues rouges”, ont ainsi été rejetées dans la méditerranée au large de la ville de Cassis.

mardi, juin 20 2017

Les travailleuses du sexe chinoises entre répression et revendication

20 06 2017

manifestation_loi_prostitution.pngAu cours de sa campagne présidentielle de 2012, le candidat François Hollande défendait l’abrogation du délit de racolage public (même passif) mis en place dans le cadre de la Loi de sécurité intérieure de 2003. Le futur président évoque aussi son souhait d’ouvrir le débat sur la possible pénalisation des clients. Si la proposition de suppression du délit de racolage est unanimement soutenue par les travailleuses et travailleurs du sexe et par les associations – associations de prévention, associations communautaires ou associations abolitionnistes –, celle de la pénalisation des clients divise les acteurs concernés. Le 16 mars 2013, place Pigalle, les femmes chinoises sont pour la première fois nombreuses aux côtés d’autres travailleuses et travailleurs du sexe et membres d’associations de soutien.

samedi, juin 17 2017

Erreurs, gaspillages, fraudes... vers une "affaire" du Tunnel Lyon-Turin ?

17 06 2017

Tunnel_lyon_turin.jpgLe chantier du tunnel Lyon-Turin a débuté en 2014. C'est une véritable saga qui risque de durer encore longtemps.
Sur le papier, le tunnel Lyon-Turin c'est : un chantier qui prendra fin en 2030, deux galeries de 57 kilomètres sous le col du Mont-Cenis, entre Saint-Jean de Maurienne côté Français, et le Val de Suze côté italien, un moyen de faire circuler des trains pour voyageurs (à 220 km/h), ainsi que des trains de marchandises, 80 % du trafic assuré par des camions placés sur des trains afin de désengorger les vallées polluées, un chantier pris en charge par un consortium de 6 entreprises franco-italiennes nommé TELT (Tunnel Euralpin Lyon Turin), un promoteur public qui appartient à 50% à l'Etat Français et à 50% aux chemins de fer italiens.

Voir aussi "Lyon-Turin : enquête sur un tunnel au coût astronomique" (France 3)
Photo : franceinter.fr

lundi, juin 12 2017

Neuf associations dénoncent le projet de loi antiterroriste

12 06 2017

Etat_d_urgence_militaires_paris.jpgÀ peine installé, le gouvernement d’Édouard Philippe a déjà réussi à provoquer une mobilisation rarement vue des associations de défense des libertés publiques contre son projet de loi visant à pérenniser les principales mesures permises par l’état d’urgence. Vendredi 9 juin, un collectif de neuf organisations (ACAT, Amnesty international, Action droits des musulmans, LDH, Quadrature du Net, Observatoire international des prisons, GISTI, Credof, Human Rights Watch, Syndicat de la magistrature) ont organisé une conférence de presse pour demander « solennellement » au président de la République de « retirer ce projet de loi inacceptable ».
« L’heure est très grave, a asséné l’avocat William Bourdon. on justifiait l’état d’urgence par son caractère exceptionnel. Avec ce projet de loi, la France inaugure quelque chose que seule la Turquie a tenté de faire. »

Photo : ouest-france.fr

jeudi, juin 1 2017

L'état d'urgence et l'atteinte au droit de manifester

1 06 2017

Gendarmes_mobiles.jpgDepuis novembre 2015 et les terribles attentats qui ont touché la France, l’état d’urgence a été instauré et renouvelé à cinq reprises. Alors que son objet est de prévenir de nouvelles attaques, les mesures de l’état d’urgence ont été utilisées pour interdire 155 manifestations. Tous les 3 jours environ, une manifestation est interdite en France sous ce prétexte. Par ailleurs, 595 interdictions individuelles de manifester ont été ordonnées par les préfectures en France, sous l’argument de prévenir les violences lors des manifestations, alors que le plus souvent il n’existait que peu ou pas d’éléments démontrant que ces personnes auraient participé à des violences.

lundi, mai 1 2017

A mes amis qui hésitent à voter au second tour de la présidentielle

1 05 2017

danger_extreme_droite.JPGCertains parmi vous, parfois des proches, font savoir qu’ils n’iront pas aux urnes, ou qu’ils voteront blanc, ou alors nul. J’ai écouté. Sans morgue ni arrogance, mais sans états d’âme non plus, je voudrais vous dire deux ou trois choses.
Non les amis, un centriste et un fasciste, ce n’est pas la même chose. L’histoire nous l’enseigne. L’extrême-droite, même relookée et maquillée, n’est pas républicaine et ne défend pas les plus faibles. En ce qui me concerne, c'est un principe, je ne veux pas que la discrimination soit inscrite dans la Constitution. Je ne veux pas de préférence nationale. Je préfère le droit à la force, l’égalité à l’ordre, la culture au folklore et l’échange au repli.

lundi, avril 3 2017

Le service militaire, objet de fantasmes politiques

3 04 2017

Entrainement_militaire.jpgOn n’en finit plus, dans cette campagne électorale, de débattre du service national obligatoire. Lors des primaires, à gauche et à droite, les candidats favorables à son rétablissement sous une forme ou sous une autre, ou à la fabrication d’ersatz du défunt service militaire, ont finalement été sortis. On se souviendra notamment du projet cocasse imaginé par Nicolas Sarkozy de confier les décrocheurs scolaires aux armées.
Emmanuel Macron est venu remettre le sujet sur le tapis en présentant son programme pour la défense, le 2 mars dernier, à Paris. Il y a fait une annonce fracassante : rétablir un service national universel d’un mois encadré par des militaires et des gendarmes. Un mois plus tard et quelques fluctuations langagières plus tard, on peine encore à savoir précisément ce que veut le candidat.

Photo : theconversation.com

- page 2 de 14 -