International

Fil des billets

vendredi, avril 21 2017

Rebondissement dans l'immense affaire (Pétrobas) de corruption au Brésil

21 04 2017

le_geant_petrolier_petrobras.jpgLe Tribunal suprême fédéral (TSF), la plus haute juridiction du Brésil, a annoncé mardi 11 avril l’ouverture d’une gigantesque enquête concernant au moins huit ministres du gouvernement et des dizaines de députés et sénateurs. Le juge Edson Fachin, chargé de ce dossier explosif, s’intéresse à 108 personnalités. Toutes sont soupçonnées d’être impliquées dans le plus vaste scandale de corruption de l’histoire du pays. Dans les années 2000, le géant pétrolier Petrobras attribuait des marchés surfacturés à des entreprises de BTP (bâtiment et travaux publics). Ces contrats étaient octroyés par des dirigeants nommés par des hommes politiques, Petrobras étant une entreprise publique. Les pots-de-vin servaient ensuite à financer des partis de la coalition de centre gauche alors au pouvoir.

Photo : lemonde.fr

mercredi, janvier 4 2017

L'activité des agences européennes de police et de justice s'intensifie

4 01 2017

Drapeau_europeen_2.jpgL'activité des agences Eurojust et Europol ne cesse de s'accroître d'après les récents rapports annuels. Selon celui sur l'unité de coopération judiciaire Eurojust, le volume de dossiers traités a encore augmenté en 2015. Les États membres ont demandé l’assistance de cette structure visant à faciliter l'entraide dans 2 214 enquêtes (soit 23 % de plus par rapport à 2014). Les enquêtes pour terrorisme ont, quant à elles, triplé. Pour l'office européen de police, le nombre de messages échangés a augmenté de plus de 20% par rapport à l'année précédente, le nombre de recherches effectuées dans la principale base de données d'Europol a plus que doublé et le nombre de personnes fichées dans l'une de ses bases antiterroristes a été multiplié par 6. Cette augmentation s'inscrit dans un contexte où la Commission européenne a présenté en décembre dernier une réforme du Système d'information Schengen (consulté près de 3 milliards de fois en 2016, un record) pour faciliter le signalement des personnes suspectées de terrorisme.

vendredi, novembre 11 2016

Au cœur de la corruption en Guinée, un pilier du capitalisme français

11 11 2016

sotomayor2-corruption-052709-lg-97030167.jpgLes accusations de corruption étaient déjà nombreuses autour du gisement de fer le plus prometteur de la planète, celui de Simandou en Guinée. Les révélations de Mediapart viennent ajouter de lourds soupçons dans un nouveau pan du dossier, inconnu jusqu’à aujourd’hui. Ces éléments impliquent sans équivoque Rio Tinto, la deuxième plus grosse compagnie minière au monde. Ce géant minier a accepté en 2011 de verser 10,5 millions de dollars à François de Combret, conseiller du président guinéen, ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée et ex-associé de la banque Lazard. C’est donc un des piliers du capitalisme à la française, à la jonction entre libéralisme et étatisme, qui se retrouve aujourd’hui dans une bien embarrassante position. Il entraîne avec lui le président guinéen, à la réputation déjà largement entamée.

samedi, juillet 30 2016

Quelle « communauté internationale » ? Universalisme, mondialisation, écologisation

30 07 2016

Le_monde_au_defi.jpegPour Hubert Védrine, la « communauté internationale » est un objectif, pas encore une réalité. Ni les idéaux de l'ONU, ni le marché global n'ont suffi à la fonder. Le monde est éclaté, le pouvoir est émietté, les mentalités s'opposent, chaque peuple est mu par ses propres passions et ses intérêts immédiats. Et si la cohésion de l'humanité se créait autour de la vie sur la planète ? Dans ce nouvel opus Hubert Védrine trace un portrait lucide de notre monde et tente de jeter un pont entre la géopolitique et l'écologie.

vendredi, juin 3 2016

Crise des réfugiés... ou crise des politiques d’asile ?

3 06 2016

Migrants_charly_chaplin.jpg« Crise des réfugiés », « crise des migrants » : ces expressions dont on ne compte plus les occurrences dans les médias comme dans les discours publics sous-entendent que nous assisterions à une augmentation exponentielle du nombre d’étrangers arrivant en Europe qui mettrait en danger ses équilibres économiques et sociaux. Pudiquement cachée derrière le terme flou de « crise », l’idée d’un trop-plein inédit s’est ainsi largement imposée malgré l’importante production scientifique qui montre, toutes disciplines confondues, à quel point cette image est fausse.

samedi, avril 30 2016

La situation des migrants subsahariens en France

30 04 2016

migrants_sdf.jpgSix à sept ans après leur arrivée en France, la moitié des migrants d’Afrique subsaharienne n’ont toujours pas les rois éléments d’installation que sont un titre de séjour d’au moins un an, un logement personnel, et un travail. Au bout de onze à douze ans, c’est encore le cas d’un quart d’entre eux. Cette longue période de précarité après l’arrivée en France tient plus aux conditions d’accueil (longueur du processus de régularisation, marché du travail segmenté, discriminations) qu’aux caractéristiques individuelles des arrivants. La situation des migrants subsahariens finit par se stabiliser, mais pour beaucoup d’entre eux, c’est au prix du passage par une longue période d’insécurité.

Photo : lequotidiendumedecin.fr

vendredi, mars 11 2016

Un autre regard sur l'« ordre international »

11 03 2016

Livre_Badie.GIFOn nous répète à l’envi que le monde serait devenu de plus en plus complexe et indéchiffrable. À l’ordre de la Guerre froide aurait succédé un nouveau désordre géopolitique menaçant de sombrer dans le « chaos ». Affaiblissement des États-Unis, émergence de nouveaux géants économiques, irruption des prétendus « États voyous » et d’organisations terroristes incontrôlables : autant de sujets d’inquiétude nourrissant parfois la nostalgie d’un ordre ancien… qui n’a pourtant jamais eu la stabilité qu’on lui prête.
Bertrand Badie rompt avec les explications paresseuses ou consensuelles. Il nous rappelle que nous ne sommes plus seuls au monde, qu’il est temps de se départir des catégories mentales de la Guerre froide et de cesser de traiter tous ceux qui contestent notre vision de l’ordre international comme des « déviants » ou des « barbares ». Il interpelle la diplomatie des États occidentaux, qui veulent continuer à régenter le monde à contresens de l’histoire, et en particulier celle d’une France qui trop souvent oscille entre arrogance, indécision et ambiguïté. L’ordre international ne peut plus être régulé par un petit club d’oligarques qui excluent les plus faibles, méconnaissent les exigences de sociétés et ignorent les demandes de justice qui émergent d’un monde nouveau.

mercredi, mars 9 2016

Migrants: quand on ferme une route, elle se déplace

9 03 2016

Migrants.jpgVirginie Guiraudon, directrice de recherche au Centre d’études européennes de Sciences Po, évoque la crise des migrants, au moment du sommet extraordinaire EU-Turquie, alors que les Européens patinent et qu’Angela Merkel est isolée.
Il y a encore entre 1.000 et 2.000 arrivées par jour de réfugiés en Grèce. La crise humanitaire est plus que prévisible. On a déjà enregistré davantage d’entrées qu’en 2015 à la même époque, et il y en aura plus encore au printemps et en été, où les arrivées par bateau vont se multiplier avec le beau temps. Surtout si la situation en Syrie ne s’améliore pas. N’oublions pas qu’il y a presque 7 millions de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie. Et que tous les camps sont débordés en Jordanie, au Liban, en Turquie. De plus, les Syriens ne sont pas seuls à fuir les conflits et à arriver en Grèce. Il y a aussi beaucoup d’Irakiens, d’Iraniens, de Kurdes, d’Afghans, beaucoup d’autres nationalités massées aux frontières.

Photo : europe1.fr

lundi, février 15 2016

Insécurité alimentaire : état des lieux et stratégies d’éviction

15 02 2016

champ_de_mais.jpgLa crise de la vache folle, qui a violemment secoué l’Europe au milieu des années 1990, a conduit à renouveler le concept de sécurité alimentaire d’inspiration tiers-mondiste, apparu quarante ans plus tôt pour caractériser un objectif d’autosuffisance, donc quantitatif : « donner à manger aux peuples en augmentant la production nationale de nourriture ». Aujourd’hui, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) parle de « sécurité alimentaire et nutritionnelle » et insiste sur les aspects qualitatifs de l’alimentation. Nous montrerons qu’il s’agit là d’une vision louable, mais encore lointaine, de notre planète alimentaire, en dressant le sombre tableau de l’insécurité alimentaire mondiale contemporaine. Comment sortir de cet état ? La prospective nous suggère deux scénarios contrastés que nous esquisserons avant de conclure sur des pistes d’action à différentes échelles.

vendredi, janvier 22 2016

En 2050, il risque d'y avoir plus de plastique que de poisson dans les océans

22 01 2016

ile_de_dechets_plastiques_au_large_de_l__Indonesie.jpgEn 2050 il y aura plus de plastique dans l’océan que de poissons. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude du Forum économique mondial et de la fondation Ellen McArthur.
Selon ce rapport, la production mondiale de plastique a explosé depuis 1964, passant de 15 millions de tonnes, à 311 millions en 2014. Une quantité tellement importante qu’elle échappe pour beaucoup aux systèmes de collectes: environ 32% des déchets d’emballages en plastiques finissent ainsi dans la nature soulignent les chercheurs. Dans les océans ces détritus s’agglutinent au gré des courants formant de gigantesques îles de déchets, au point qu’elles sont parfois appelées «septième continent».

samedi, septembre 5 2015

Le droit d'asile. Histoire d'un échec européen

5 09 2015

demandeurs_d__asile.jpgLa coopération européenne en matière d’asile émerge il y a 30 ans avec l’instauration d’un espace de libre circulation en Europe. Le traité d’Amsterdam de 1997 lance le chantier du régime d’asile européen commun. Malgré deux phases d’harmonisation législative, l’UE échoue à offrir une image unifiée de l’accueil des réfugiés. Les déséquilibres relatifs aux flux de demandeurs d’asile, aux conditions d’accueil, aux chances d’obtenir une protection internationale et aux perspectives d’intégration perdurent. Dans un contexte où la demande d’asile retrouve des niveaux importants en Europe, ces situations renforcent l’absence de confiance mutuelle entre les pays européens. Surtout, ils ne parviennent pas à répondre aux défis de la protection des réfugiés qui n’ont jamais été aussi nombreux et qui sont obligés de prendre des risques croissants pour accéder à l’Europe.

Photo : tempsreel.nouvelobs.com

dimanche, août 25 2013

La « police amie des mères » : nouvelles modalités de la régulation sanitaire au Brésil

25 08 2013

mere_et_fille_favela.jpgAu Brésil, les Agentes Communautaires de Santé (ACS) travaillent dans le domaine de la santé publique et sont des acteurs institutionnels centraux dans les changements sociopolitiques qui s’opèrent dans ce pays. Les ACS ont en charge le contrôle sanitaire des familles de milieu populaire, et notamment la relation mère-enfant. Ces familles se construisent en dehors du modèle nucléaire et la maternité se vit à l’intérieur de réseaux d’entraide féminine. Les ACS font un travail de « police » auprès des femmes, cherchant à construire un rôle maternel sanitarisé, s’inscrivant dans une recherche de résultats en matière de santé publique, comme la réduction de la mortalité infantile. Pourtant, les ACS travaillent dans le même quartier où elles résident, sont elles-mêmes des femmes de milieu populaire et font partie de ces réseaux d’entraide. Si elles sont la « police » des femmes, leurs modalités de régulation sont inhabituelles. Les ACS sont les « amies » des femmes, pouvant de ce fait être elles-mêmes aussi régulées par les habitants du quartier. Si plusieurs travaux font état de la position paradoxale des ACS, ils ne rendent pas compte des conflits et des arrangements qui en découlent. C’est ce que cet article vise à effectuer en montrant aussi comment le système de santé publique brésilien trouve dans les relations horizontales et amicales entre femmes de milieu populaire des modalités originales de la régulation sanitaire.

Photo : lexpress.fr

dimanche, février 10 2013

La Commission européenne prépare une 4ème directive antiblanchiment

10 02 2013

Photo_billets_1suisse_flickr.jpgLa Commission européenne vient de présenter un projet de directive visant à modifier la troisième la troisième directive anti-blanchiment, qui couvre elle-même la plupart des quarante recommandations et quelques-unes des neuf recommandations spéciales (RS) du GAFI. Cette directive qui a été publiée en même temps qu’une proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fonds.
La grande innovation de cette directive anti-blanchiment est une approche fondée sur les risques, mais ce n’est pas la seule. Le texte évoque, par exemple, de nouvelles sanctions administratives harmonisées.
A noter que cette proposition intervient un an après la publication d'un rapport d'évaluation de la troisième directive.

Illustration : 1suisse - flickr - licence cc

jeudi, janvier 10 2013

Pauvreté urbaine, expulsion et incarcération dans les quartiers Afro-Américains

10 01 2013

__Mark_Laapage_02.jpgAutrefois lieux d’une vie sociale et institutionnelle intense, les quartiers Afro-Américains ségrégés des villes des États-Unis connaissent depuis plusieurs décennies une détérioration importante sous l’effet de la désindustrialisation, du chômage de masse et du développement, en leur sein, d’une forte criminalité. L’analyse fondatrice de William Julius Wilson publiée il y a 25 ans dans The Truly Disadvantaged a renouvelé un champ de recherches qui a, depuis, réinvesti les dimensions culturelles dans la production et la reproduction de la pauvreté urbaine.
Une nouvelle génération d’ethnographes met aujourd’hui l’accent sur les facteurs de domination institutionnelle et sur les recompositions de l’exploitation économique pour saisir la transformation des pratiques sociales en cours dans ces quartiers. Deux phénomènes, particulièrement genrés, ont profondément modifié la vie des populations les plus vulnérables de ces quartiers. L’expulsion du logement, qui concerne en priorité les femmes et l’incarcération, qui concerne d’abord les (jeunes) hommes. Loin d’être isolés, ces deux phénomènes cumulent leurs effets de fragilisation des ressources matérielles, sociales et symboliques des individus et des familles. Ils contribuent conjointement à la reproduction de la pauvreté urbaine.

Illustrations : DR Mark Laapåge

vendredi, juillet 20 2012

Quelques enseignements de l'expérience québécoise pour les politiques de prévention et de sécurité

20 07 2012

Carte_quebec.jpgLes réflexions qui suivent s'appuient sur plusieurs rencontres à Montréal et à Québec, dans le cadre d'une mission de membres du conseil régional d'Ile-de-France, organisée à l'initiative du vice-président en charge de la Citoyenneté, de la Politique de la Ville et de la Sécurité. Cette mission a été riche en contacts, mais forcément trop brève pour prétendre cerner la réalité d'un pays. Plus de temps aurait cependant été nécessaire pour juger des pratiques réelles et surtout mieux percevoir les débats et les évolutions récentes.
J'ai été frappé par la grande convergence entre les propos tenus par nos différents interlocuteurs, ce qui laisse à penser qu'il y a un réel consensus social sur l'approche de la sécurité, qui au Québec est rattachée à la notion de « bien-être ».

Illustration : wikipedia

- page 1 de 2