Statistiques de la délinquance

Fil des billets

samedi, avril 8 2017

Les algorithmes : nouvelles formes de bureaucraties ?

8 04 2017

Algorithms_bureaucracy.pngPour Real Life? l’essayiste Adam Clair dresse une intéressante comparaison entre algorithme et bureaucratie. Les algorithmes sont paradoxaux rappelle-t-il : « ils sont conçus pour améliorer la prise de décision humaine en supprimant supposément ses biais et ses limites, mais les protocoles analytiques inévitablement réducteurs qu’ils mettent en œuvre se révèlent surtout vulnérables à des formes d’utilisation abusive. » Comme le dit très bien Cathy O’Neil dans son livre : loin d’être neutres et objectifs, « les algorithmes sont des opinions formalisées dans du code ».
Pour Adam Clair, derrière l’apparente complexité de leur code, les objectifs des calculateurs ne sont pas nouveaux : ils visent à concentrer le pouvoir dans des structures ordonnées et cohérentes, à l’image des bureaucraties. Comme celles-ci, les algorithmes tendent à être impénétrables, opaques, et à renforcer les injustices existantes.

Illustration : lemonde.fr

mardi, mars 28 2017

Victimation et sentiment d'insécurité en Île-de-France : l'enquête 2015

28 03 2017

Carte_ile_de_france_iau.jpgLa huitième enquête « victimation & sentiment d'insécurité en Île-de-France » a eu lieu début 2015 auprès d'environ 10 500 Franciliens âgés de 15 ans et plus, représentatifs de la population régionale par département. Reconduite tous les deux ans depuis 2001, elle a pour vocation d'alimenter la connaissance sur les conditions de vie des Franciliens.
Le sentiment de sécurité est deux fois moins répandu chez les femmes (30,3 % des Franciliennes interrogées se sentent en sécurité contre 60,7 % des hommes), de même les atteintes personnelles sont plus fréquentes chez elles (21,5 % ont été personnellement victimes de vols ou d'agressions au cours des trois années précédentes contre 16,9 % des hommes). Les jeunes ne sont pas en reste. Les Franciliens âgés de 15 à 29 ans sont en effet surexposés aux atteintes personnelles (27,9 % contre 16,4 % des 30 ans et plus). Des disparités entre territoires ressortent aussi et interpellent.

samedi, mars 11 2017

L'annuaire statistique de la justice pour 2015

11 03 2017

Cette publication établit une description statistique complète de l'activité judiciaire, à la fois de manière thématique et selon différentes juridictions. Cette activité judiciaire est ensuite complétée par les moyens de la Justice (juridictions, établissements, moyens budgétaires et personnels), quelques données sur l'aide juridictionnelle et les effectifs des professions juridiques et judiciaires.

dimanche, février 12 2017

Une carte collaborative de la corruption en France

12 02 2017

Carte_corruption.pngCe travail est l'oeuvre de bénévoles de l’association Transparency France. En l’absence pour le moment de données centralisées et publiques, leur carte collaborative est la seule du genre en France. Avec plus de 660 affaires recensées depuis son lancement le 9 décembre 2014, elle dessine le paysage contrasté de la corruption sur le territoire. Au palmarès des régions les plus touchées, l’Ile-de-France et PACA arrivent en tête, mais ce sont l’outre-mer et la Corse qui détiennent les records quand on pondère le nombre de condamnations avec le PIB.
Le gros des affaires concerne la prise illégale d’intérêts dans le cadre de marchés publics et le détournement de fonds publics.

vendredi, janvier 20 2017

Bilan statistique du ministère de l'intérieur pour 2016

20 01 2017

Logo_interstat.pngL’analyse des crimes et des délits enregistrés par la police et la gendarmerie en 2016 permet de dresser un premier bilan de l’évolution de l’insécurité en France, par rapport à l’année 2015 et aux années antérieures.
A cours de l’année 2016, les vols violents sans armes évoluent sans tendance réellement marquée autour de 23 000 vols par trimestre, à un niveau au-dessous de la moyenne de 2015. Le nombre de vols sans violence augmente (+2 %), après une légère baisse observée en 2015 (-1 %). Au nombre de 704 200 en 2016, les vols sans violence contre des personnes dépassent le précédent point haut observé en 2014 (environ 700 000). Sur 4 ans, de 2012 à 2016, ils sont en hausse de 11 %. Le nombre de cambriolages de logement augmente de 4 % alors qu’il avait légèrement diminué en 2015 (-1 %). Le niveau des cambriolages en 2016 (243 500) reste inférieur au point haut atteint en 2013 (250 400).

vendredi, décembre 9 2016

L'enquête annuelle de victimation, année 2015

9 12 2016

voleur_surpris.jpgPour établir le bilan de la délinquance en 2015 en matière d’atteintes non mortelles visant les personnes physiques ou leur patrimoine, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales s’appuie sur l’enquête « Cadre de vie et sécurité ». Cette enquête annuelle de victimation est conduite conjointement par l’ONDRP et l’Insee depuis 2007. Elle permet de s’intéresser au vécu et au ressenti des personnes interrogées. On peut en extraire des indicateurs statistiques sur les évolutions de la délinquance et du sentiment d’insécurité. L’enquête « Cadre de vie et sécurité » a donc vocation à contribuer au débat public sur la délinquance en tant qu’élément majeur de diagnostic.

Illustration : coin-des-animateurs.com

mardi, novembre 29 2016

Victimation et sentiment d'insécurité en Île-de-France de 2009 à 2012

29 11 2016

carte_ile_de_france.jpgCe rapport présente l’analyse détaillée, pour l’Île-de-France, d’une série de victimations (vols divers, atteintes aux véhicules, agressions) des indicateurs de prévalences, incidences, multivictimation, renvoi, ainsi que des indicateurs sur l’insécurité (peurs et préoccupation). Il compare également pour chacune de ces victimations les mesures ainsi obtenues avec les données administratives (statistiques de police), et propose des profils de victimes à partir de l’ensemble des variables les caractérisant elles-mêmes et leur milieu de vie.

vendredi, septembre 23 2016

Enquête sur la victimation et le sentiment d'insécurité : les spécificités de genre

23 09 2016

homme_et_femme.jpgLes enquêtes « victimation et sentiment d’insécurité » sont financées par la région Île-de-France et menées tous les deux ans depuis 2001 auprès d’habitants âgés de 15 ans et plus. En 2015, 4 952 Franciliens et 5 560 Franciliennes ont ainsi été interrogés dans ce cadre. L’insécurité est abordée dans ces enquêtes à travers deux types d’indicateurs : le sentiment d’insécurité et les victimations, c’est-à-dire les faits subis. Tenir compte des éventuelles différences liées à l’appréhension du cadre de vie et au sentiment d’insécurité entre les femmes et les hommes est devenu une priorité tant pour les acteurs publics que privés.
Les femmes ont un vécu un peu différent de celui des hommes pour ce qui est des atteintes subies, et n’ont pas le même ressenti quant à la préoccupation sécuritaire. Pour autant, elles paraissent à peu près autant satisfaites que les hommes de leur quartier.

mercredi, septembre 14 2016

La farce de l'algorithme qui pouvait prédire les crimes

14 09 2016

predpol-angleterre-header.jpgPredpol est un cas parmi d’autres d’un mouvement général de commercialisation de savoirs privatisés à destination de l’action publique. Le problème n’est pas tant que des entreprises privées à but lucratif diffusent dans le secteur des technologies analytiques. Que des start-up dynamiques s’appuient sur des savoirs en sciences sociales et se développent sur un plan commercial est plutôt salutaire. Le danger se trouve plutôt dans l’absence totale de contrôle de la mise sur le marché de ce type de machines prédictives. Les techniques de marketing utilisées réduisent les discussions à de la persuasion. Après la gouvernance de la statistique publique, puis celle des données publiques, il faut désormais imaginer les acteurs institutionnels qui pourront composer une véritable gouvernance de l’algorithmique des données publiques.

jeudi, juin 16 2016

Les données de l'Observatoire scientifique du crime et de la justice

16 06 2016

tableau_stat.pngEn 2015, dans le cadre du programme de recherche sur les Interactions entre science, innovation, société (ISIS) de l’Université Paris-Saclay, le CESDIP a créé un Observatoire scientifique du crime et de la Justice (OSCJ).
Un des buts de l’OSCJ est de mettre sur son site à la disposition des chercheurs, enseignants, étudiants, des responsables politiques, administratifs et associatifs, des journalistes et du public intéressé une information claire et lisible sur le crime et l’insécurité, principalement du point de vue des citoyens. Deux règles sont mises en œuvre : prendre comme point de départ des enquêtes en population générale et les confronter, à titre de comparaison, à des données institutionnelles ; procéder à cette confrontation sur le plus long terme possible afin de dégager des tendances et échapper ainsi aux apparences du court terme.
Les pages du site consacrées à l’observation dans la durée du crime et de l’insécurité viennent de faire objet d’une première actualisation d’ensemble mobilisant les données les plus récentes.

jeudi, juin 2 2016

Pour en finir avec la manipulation des statistiques de la mortalité routière

2 06 2016

Accident_de_la_route.jpgL’information publique sur la sécurité routière fait un grand usage des statistiques de tués sur les routes, et elle privilégie les chiffres absolus les plus récents, et les comparaisons temporelles ou spatiales les plus évidentes. Les médias ne sont pas seuls responsables : la communication gouvernementale fait la même chose. Ce faisant, elle oriente le public vers des interprétations hâtives : c’est toujours le comportement supposé des conducteurs, et l’efficacité supposée des politiques publiques, notamment de la répression, qui sont mis en avant pour expliquer les évolutions. Grosso modo, la communication en matière de sécurité routière se résume à ceci : si le nombre de tués diminue, le gouvernement se félicite de l’efficacité de son action ; si le nombre de tués augmente, c’est que les conducteurs se relâchent ! C’est tout de même plus compliqué que cela.

Photo : metronews.fr

samedi, mars 5 2016

Les signalements d'incidents graves dans les lycées sont stables en 2014-2015

5 03 2016

violence_verbale.jpgLa violence en milieu scolaire se caractérise principalement par des atteintes aux personnes.
La plupart des incidents "graves" relèvent des violences verbales dont plus de la moitié à l’encontre des enseignants. Viennent ensuite les violences physiques, généralement entre élèves.
Les incidents sont fortement concentrés dans les mêmes établissements : 5 % des établissements déclarent 24 % de l’ensemble des faits, soit autant que les 70 % d’établissements les moins touchés par la violence. Néanmoins, les types de faits recensés sont très différents suivant le niveau d’exposition à la violence des établissements : les violences verbales à l’encontre des enseignants représentent 31 % des faits signalés par les 5 % d’établissements les plus affectés, mais seulement 14 % des incidents déclarés par les 70 % d’établissements les moins violents.
La répartition des faits commis au lycée a évolué ces dernières années, avec une augmentation de la consommation de stupéfiants : elle a plus que doublé en trois ans en LEGT-LPO.

mercredi, janvier 6 2016

Baisse temporaire de la délinquance en région parisienne suite aux attentats de 2015

6 01 2016

militaire_patrouille_paris_vigipirate.jpgLes attentats meurtriers du 7 janvier 2015 contre la rédaction du journal « Charlie Hebdo » puis les attaques qui ont fait suite les 8 et 9 janvier, ont entrainé un large renforcement des mesures de sécurité dans le cadre du dispositif « Vigipirate » visant la protection des citoyens et du territoire face au terrorisme. On constate dans le mois et demi qui a suivi les attentats de janvier une diminution significative du nombre d’infractions commises. Une estimation pour Paris et son agglomération de ce qui pourrait être l’impact du renforcement des mesures de sécurité évalue à 32% la diminution du niveau des vols violents sans arme et à 24% celle des coups et blessures volontaires dans le mois et demi qui a suivi les attentats. La baisse a été relativement plus forte en Seine-Saint-Denis et à Paris. Elle a également été sensible en ce qui concerne les vols sans violence, les cambriolages, les vols liés aux véhicules à moteurs et les dégradations. À partir du mois de mars, les séries ont retrouvé leur niveau d’avant les attentats.
Une tendance similaire a été constatée après les attentats du 13 novembre.

Photo : franceinter.fr

vendredi, décembre 18 2015

Les magistrats de plus en plus sévères dans les affaires de violences

18 12 2015

salle_audience_tgi.jpgLa hausse est spectaculaire. Entre 2000 et 2012, le nombre de condamnations à des peines de prison ferme pour violences volontaires a augmenté de 62 %. Cela témoigne-t-il d’une explosion des violences en France ? Non, répond l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), dans une note publiée mercredi 16 décembre. L’Observatoire évoque une « évolution sociétale » : ces faits sont en fait « plus souvent reportés, et plus souvent réprimés ».
Une conclusion s’impose donc, à contre-courant de certains clichés : les magistrats sont de plus en plus sévères, et utilisent plus volontiers la prison ferme, y compris pour des violences légères. Ces résultats vont dans le sens des travaux de sociologues tels que Laurent Mucchielli (L’Invention de la violence, 2011, Fayard), notamment sur la moindre tolérance de la société face à la violence. Ni justice laxiste, ni explosion des violences : c’est tout un pan du débat politique français qui est balayé d’un coup.

Petit commentaire égotique : ça fait toujours plaisir quand on finit par se voir (un peu tard) donner raison. Peut-être que, du coup, je ne serai plus boycotté dans Le Monde ces prochains mois et années... (LM).

mercredi, octobre 7 2015

La statistique de police rentre au bercail

7 10 2015

Logo_interstat.pngLes statistiques de police et de gendarmerie rentrent au bercail. Créé par un décret du 8 octobre 2014 au sein de l’administration du ministère de l’intérieur, le service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) est placé sous l’autorité fonctionnelle conjointe des directeurs généraux de la police nationale (DGPN) et de la gendarmerie nationale (DGGN) et rattaché organiquement à la direction centrale de la police judiciaire de la DGPN. En même temps, le service est dirigé par un inspecteur général de l’Insee qui est le seul responsable, technique et éditorial, des informations et des données qui y sont publiées, ainsi que de leurs dates de publication, conformément aux prescriptions du code des bonnes pratiques de la statistique européenne.
Deux logiques peuvent donc structurellement s'affronter et rien ne garantit que le pouvoir politique n'essayera pas à l'avenir de s'immiscer dans cette production statistique comme il le fit de façon massive dans les années 2000 au point qu'un collectif de statisticiens et de chercheurs (dont l'auteur de ces lignes) dénonça un "grand trucage". Mais les choses sont désormais redevenues claires là où l'ONDRP avait tant entretenu la confusion des genres du fait de la présence de M. Bauer, qui revendiquait l'indépendance de l'organisme tout en co-animant les conférences de presse du ministre de l'Intérieur et en faisant office de conseiller politique de M. Sarkozy.

Lire la suite...

- page 1 de 6