Statistiques de la délinquance

Fil des billets

mercredi, octobre 31 2018

Les chiffres-clés de la Justice 2018

31 10 2018

Activité des juridictions en 2017
Justice civile : 2 609 394 décisions en matière civile et commerciale dont 223 492 référés.
Justice administrative : 242 882 affaires réglées par les juridictions administratives.
Justice pénale :
- 1 180 949 décisions en matière pénale.
- 12 714 653 amendes forfaitaires majorées.
- 4 241 508 affaires traitées par les parquets.
- 1 294 382 affaires poursuivables dont 1 133 881 affaires poursuivies ou ayant donné lieu à procédure alternative ou composition pénale.
Taux de réponse pénale : 87,6 % (86,0 % en 2016).

Télécharger le fascicule sur le site du ministère de la Justice

mercredi, mai 16 2018

L'augmentation (logique) des débits frauduleux sur compte bancaire

16 05 2018

À côté des formes classiques d’infraction, vols ou violences, un type dématérialisé d’atteintes est apparu conjointement avec l’informatisation massive de la vie quotidienne : les débits frauduleux sur compte bancaire. Depuis 2011, l’enquête « Cadre de vie et sécurité » permet d'estimer le nombre de ménages victimes de cette atteinte.
L’enquête CVS menée en 2017 révèle que 1,2 million de ménages se sont déclarés victimes d’au moins un retrait frauduleux sur leur compte bancaire en 2016. Ce chiffre vient confirmer la tendance à la hausse observée.

mardi, mai 1 2018

Le sentiment d'insécurité et les politiques de sécurité

1 05 2018

L'insécurité anime un débat passionnel en France depuis les années 1990, dont les effets politiques sont redoutables. Les controverses sont d'autant plus intenses qu'elles opposent entre elles des représentations plutôt que des faits. Mais que disent les études chiffrées ? Cette note de Terra Nova montre que deux variables cruciales, le lieu d'habitation et l'appartenance sociale, permettent d'analyser la perception de l'insécurité. Or, sans jamais vraiment réussir à définir une politique efficace de sécurité, on a laissé celle-ci devenir un outil de gouvernement. Au lieu de construire des choix politiques, on a laissé le débat se brouiller et s'exacerber, en comptant sur un affichage répressif, qui se durcit au fil des textes de loi. Une politique de lutte contre l'insécurité devrait a contrario partir des données disponibles. Et notamment de l'opposition entre différentes expériences de l'insécurité, qui expliquent des tensions sociales transversales (discriminations, transports, logement, éducation, accès au travail...).

mardi, février 20 2018

50 ans d’études quantitatives sur les récidives enregistrées

20 02 2018

Ce Travaux & Documents présente, sous forme de fiches synthétiques et récapitulatives les recherches quantitatives réalisées en France depuis 50 ans en matière de récidives délictuelle et criminelle, officiellement enregistrées et judiciairement sanctionnées, ainsi que quelques recherches menées à l’étranger qui ont attiré notre attention par leur originalité. Cependant, nous ne saurions présenter ces études sans évoquer à minima le contexte dans lequel elles ont pu être produites. Comment la récidive devient-elle un objet d’études et pourquoi ? Pourquoi et comment quantifier la « récidive » ? Quels besoins cette quantification tente-t-elle de satisfaire ?

jeudi, janvier 25 2018

Les plaintes pour viols et agressions sexuelles en nette hausse en 2017 en France

25 01 2018

Me_too_balance_ton_porc.jpg16 400 viols enregistrés et 24 000 agressions sexuelles : les plaintes pour viols et agressions sexuelles enregistrées par les forces de l'ordre sont en "nette hausse" en 2017. Sur l'année, elles augmentent respectivement de 12% et 10%, selon une étude publiée mercredi 24 janvier par le ministère de l'Intérieur. Le nombre de plaintes pour agressions sexuelles au quatrième trimestre de l'année est quant à lui "très en hausse" par rapport à la même période de 2016 : il enregistre une augmentation de 31,5%. Selon le service des statistiques du ministère de l'Intérieur, cette hausse est probablement due à la révélation de faits plus anciens, dans le contexte de la prise de parole des femmes à la suite de l'affaire Weinstein.

Photo : francetvinfo.fr

mercredi, janvier 24 2018

Deux enfants tués chaque jour ? Comment un chiffre jamais démontré est devenu une référence

24 01 2018

Un chiffre nous est raconté depuis des décennies. Un chiffre censé nous dire l’état de la protection, ou plutôt de l’in-protection de l’enfance. Un chiffre qui convoque la société entière, car il serait le signe de son incapacité à voir ou, pire encore, le déni d’une supposée-réalité aussi objective qu’une donnée chiffrée peut l’être. Ce chiffre de deux enfants tués par jour, implicitement ou explicitement sous les coups de leurs parents, hante le travail social, les médias et la société. Bien que jamais démontré, certains le diffusent comme un fait, une donnée objective. Et pourtant ce chiffre est faux.

Illustration : wvik.org

samedi, janvier 13 2018

Les condamnations prononcées par les tribunaux en 2016

13 01 2018

En 2016, 582 000 condamnations ont été prononcées. Parmi ces condamnations, 0,4 % (2 400) sont des crimes, 94,3 % des délits et 5,3 % (31 000) des contraventions de 5ème classe.
Les données statistiques sur les condamnations sont issues du casier judiciaire national qui est une source riche d’informations. Son exploitation permet de décrire les condamnations par nature d’infraction, de peine mais également de fournir des renseignements démographiques sur le profil condamnés. L’étude des condamnations ne donne pas une image complète de la réponse judiciaire à la délinquance. En effet, les données ne portent que sur les personnes condamnées. D’autres réponses pénales peuvent être apportées, par exemple la composition pénale qui s’applique principalement au contentieux routier (63 200 compositions pénales en 2016).

dimanche, décembre 17 2017

Les violences dans les espaces publics touchent surtout les jeunes femmes des grandes villes

17 12 2017

Un quart des femmes interrogées dans l’enquête Virage ont déclaré avoir subi au moins une violence dans les espaces publics au cours des douze derniers mois. Sur cent femmes, vingt ont mentionné avoir été sifflées au moins une fois. Viennent ensuite les insultes (8%), le fait d’avoir été suivie (3%), le pelotage accompagné parfois de baisers forcés (2%), puis les propositions sexuelles insistantes (1%), et l’exhibitionnisme ou le voyeurisme (1%). Les agressions sexuelles sont les plus fréquentes dans les espaces publics. C’est là que 7,9% des femmes et 2,2% des hommes en ont subi une à un moment ou un autre de leur vie - le plus souvent du pelotage ou des attouchements du sexe. Les viols et tentatives de viols dans ces espaces concernent 0,9% des femmes et 0,3% des hommes âgés de 20 à 69 ans.

samedi, décembre 16 2017

La délinquance enregistrée par la police nationale sur la ville de Marseille

16 12 2017

Marseille_vieux_port_grande_roue_et_patrouille_de_police.jpgLa présente étude a été réalisée dans le cadre du Diagnostic Local de Sécurité confié en 2015 par la ville de Marseille à une équipe dirigée par le chercheur. Elle prend place dans une série de publications qui se complètent les unes les autres, ainsi que dans le programme de recherche collectif plus général développé durant sept ans à l’Observatoire Régional de la Délinquance et des Contextes Sociaux.
Dans ce cadre, et avec l’appui de la Préfecture de Police des Bouches-du-Rhône, la Direction Départementale de la Sécurité Publique des Bouches-du-Rhône (DDSP 13) a autorisé le chercheur à exploiter en profondeur ses outils statistiques ainsi qu’à s’entretenir avec de nombreux policiers de tous grades.

Photo : 20minutes.fr

vendredi, décembre 15 2017

Victimation et sentiment d'insécurité. Résultats de l'enquête Marseille 2014

15 12 2017

Notre_Dame_de_la_Garde_Marseille.jpgLa ville de Marseille constitue l’un des principaux territoires de mise en scène médiatique et politique du thème de « l’insécurité ». La fréquence des homicides liés aux règlements de compte entre malfaiteurs donne lieu à une sorte de chronique sensationnaliste permanente, laissant penser que la ville est submergée par une violence sans cesse croissante.
Les représentations sociales charrient par ailleurs une sorte continuum laissant penser que, au-delà de ces faits divers sanglants, c’est toute la vie quotidienne qui, à Marseille, serait plus violente qu’ailleurs. Qu’en est-il en réalité ? Pour le savoir, nous avons conçu une enquête locale portant sur la victimation et le sentiment d'insécurité.

Photo : 20minutes.fr

vendredi, décembre 8 2017

Résultats de l'enquête nationale de victimation 2017

8 12 2017

Les résultats présentés pour l’année 2016 permettent en premier lieu de confirmer un certain nombre de tendances à la baisse de plusieurs indicateurs à moyen à long terme. Sur le moyen terme, on assiste, en effet, à une baisse confirmée du nombre de victimes de cambriolages et tentatives de cambriolage depuis 2014, une baisse des vols avec violences ou menaces depuis 2013 et une baisse des violences physiques (hors ménage) entre 2015 et 2016.
Sur le plus long terme, le victimes de vandalisme de logement se stabilise depuis 2014 après une baisse observée à partir de 2009, les vols de voitures ont également fortement baissé jusqu’en 2011et sont restés stables à un niveau bas depuis. Enfin, les vols sans violence marquent une tendance à la baisse depuis 2006.

jeudi, novembre 30 2017

Les braquages sont de plus en plus rares

30 11 2017

Voiture_de_police_2.jpgSelon les chiffres fournis par l’Office central de lutte contre le crime organisé ainsi que ceux transmis par le service statistique ministériel de la sécurité intérieure, le nombre de vols commis au moyen d’une arme à feu, notamment contre le secteur marchand, aurait fortement diminué depuis 2009. Selon ces deux sources, cette diminution est à la fois généralisée et progressive. Elle touche tous les types de commerces (grandes surfaces, bureaux de tabac, pharmacies, bijouteries, stations-services, etc.) mais également les particuliers et les banques.

Photo : lejsl.com

lundi, octobre 30 2017

Les chiffres clés de la Justice en 2016

30 10 2017

Chiffres_clefs_justice_2017.JPGLes moyens de la justice - Les juridictions - La justice civile - La justice pénale - La justice des mineurs - L'administration pénitentiaire - L'aide juridictionnelle - La justice administrative - L'indemnisation en matière de détention provisoire - Les victimes d'infractions - L'accès au droit - Les auxiliaires de la justice.

mardi, juillet 25 2017

Le casse-tête de l'évaluation des peines planchers

25 07 2017

Couverture_revue_de_science_criminelle.jpgUne étude publiée à la Revue de sciences criminelles analyse les débats scientifiques relatifs à l'évaluation des peines plancher en Californie. Bien que des travaux prétendent pouvoir aisément évaluer si ces peines ont eu un effet sur la criminalité à partir d'une analyse statistique des données administratives disponibles, les débats étudiés ici montrent qu'il faut être plus modeste. Évaluer de telles lois est un véritable casse-tête, principalement car les données disponibles sont rarement d'une qualité suffisante pour pouvoir affirmer quoi que ce soit. Ces difficultés n'ont pas empêché une évaluation très favorable aux peines plancher d'être réalisée par le célèbre et sulfureux Steven Levitt (auteur de Freakonomics), puis d'être largement relayée par les lobbys sécuritaire français durant les années 2000. L'étude publiée à la Revue de sciences criminelles montre qu'à l'inverse, les commentaires critiques les plus intéressants ont bénéficié de bien moins de visibilité.

dimanche, juillet 16 2017

Comment la prison a remplacé l'hôpital psychiatrique

16 07 2017

Eloignement_asile.jpgUne étude publiée dans la revue Punishment and Society analyse 150 ans de statistiques pénitentiaires et psychiatriques en France. Les auteurs montrent que la prison et l'hôpital psychiatrique ont tendance à se "compenser" sur la longue durée: quand l'incarcération diminue, l'hospitalisation psychiatrique augmente, et vice-versa. A partir des années 1980, c'est la prison qui a remplacé l'hôpital en France: le nombre de lits en psychiatrie a été divisé par trois pendant que le taux d'incarcération a doublé sur la même période. Ce type de mouvements de "balancier" peut être observé plusieurs fois depuis le XIXème siècle, et se retrouve également dans de nombreux autres pays. Par exemple, les Etats-Unis, qui sont aujourd'hui les champions de l'incarcération, avaient également des taux d'hospitalisation psychiatrique bien plus élevés que les pays européens dans les années 1950.

Photo : agoravox.fr

- page 1 de 7