Sondages, opinions

Fil des billets

vendredi, septembre 16 2011

11-Septembre : non, 58 % des Français ne croient pas à la théorie du complot

16 09 2011

Photo_9-11_nouvelobs.jpgUn récent sondage effectué par "Junior Conseil" pour "ReOpen911" est cité avec un plaisir non-dissimulé par les représentants du 9/11 Truth Movement français comme une preuve que leurs idées ont fait leur chemin dans la population française. Une lecture superficielle des résultats publiés laisse en effet penser que 58 % des sondés, soit ici 290 personnes et non comme annoncé "58 % des Français", ont des doutes sur la "version officielle" selon laquelle les attentats ont été commis par des terroristes islamistes. Le sondage fut effectué par téléphone, entre le 6 et le 24 juin 2011, sur un échantillon de 500 personnes. Il s’agit d’un échantillon suffisamment grand pour garantir une fourchette relativement étroite, de 54 % à 62 %. Faut-il alors supposer qu’entre 54 et 62 % des Français ont rejoint les rangs des "truthers" ? Pas si sûr, car la lecture du questionnaire révèle une concentration rarement atteinte de bourdes méthodologiques ou de techniques de manipulation sondagière.

dimanche, mai 1 2011

Insécurité et sentiment d'insécurité

1 05 2011

Photo_Metro_Transportation_Library_and_Archive_flickr.jpg La confusion entre sécurité et sentiment d'insécurité est permanente, et ceci est bien compréhensible. Dans quantité de discours et de représentations, se confondent en effet trois choses : 1) les opinions générales sur l'importance du « problème de la sécurité » en France, 2) les peurs sur sa sécurité personnelle ou celle de sa famille, 3) l'expérience réelle de la victimation. Or il s'agit de trois choses différentes, qui sont toutes les trois identifiées et mesurées par des enquêtes. Selon la façon dont la question est posée dans l'enquête ou le sondage, l'on peut interroger l'une ou l'autre de ces trois choses, et s'apercevoir de leurs différences.

Lire la suite...

mercredi, avril 6 2011

Quelles priorités politiques pour les quartiers sensibles ? Un sondage intéressant

6 04 2011

Photo_a_leste_sur_flickr_cc.jpgCe 4 avril, Ipsos et France-Bleu ont interrogé un échantillon de 1 014 personnes âgées de 15 ans et plus, représentatives de la population française, pour connaître leur perception de la situation dans les quartiers sensibles. Les résultats de ce sondage indiquent que, pour quatre Français sur dix, les conditions de vie dans ces quartiers se sont dégradées depuis quelques années. Une proportion à peu près identique estime qu’elle n’a pas vraiment changé et seules 11% des personnes pensent au contraire que la situation s’est améliorée. Les habitants de ces quartiers portent un regard légèrement moins sombre sur leur propre situation de vie, encore que les trois quarts d’entre eux déclarent vouloir déménager. Mais l’intérêt de cette consultation réside surtout dans les choix prioritaires parmi les mesures proposées par le sondage pour améliorer la situation dans ces territoires.

Lire la suite...

mercredi, mars 30 2011

L'image des jeunes des quartiers populaires : le poids des médias

30 03 2011

Image_expo_quartiers_sans_cible.jpgLe constat n’est pas nouveau : les Français préfèrent les jeunes qu’ils connaissent à ceux qu’ils ne connaissent pas et se montrent plus sévères à l’égard de ceux issus des quartiers populaires qu’à l’égard de la jeunesse en général. Pour autant, l’ampleur du fossé, sur ce dernier point, atteint une dimension particulièrement préoccupante : si trois Français sur quatre ont une image positive des jeunes en général, ils ne sont plus que deux sur cinq à porter sur les jeunes issus des quartiers populaires un regard positif.
Interrogées sur la raison d’une telle défiance, les personnes sondées soulignent principalement l’image négative de ces jeunes véhiculée par les médias - qui constituent, pour ceux d’entre eux résidant à distance confortable desdits quartiers, la seule source d’information sur le sujet -, ou l’impression selon laquelle ils seraient « tous des délinquants », des drogués, des troubles à l’ordre public.

lundi, février 21 2011

Victoire des chercheurs dans l'Opinion Gate

21 02 2011

Photo_sondage_Emmanuel_Gadenne_sur_flickr.jpgDans un jugement du 16 février 2011 qui fera date pour la liberté de la recherche et de la presse, le Tribunal de Grande Instance de Paris vient de débouter Patrick Buisson, conseiller de Nicolas Sarkozy, de son action en diffamation contre Alain Garrigou, Professeur de science politique à l'Université Paris Ouest - La Défense (Paris X) qui avait déclaré dans un entretien à Libération, à propos du conseiller (et des finances) de l'Élysée : « Soit c'est un escroc, soit c'est un petit soldat qui constitue un trésor de guerre... ».
Cet échange entre Lilian Alemagna, journaliste à Libération et Alain Garrigou, chercheur spécialiste des sondages d'opinion, publié le 6 novembre 2009, avait été attaqué en diffamation quelques jours après par le conseiller élyséen et, quelques jours plus tard, l'Élysée bloquait toute possibilité de commission d'enquête parlementaire sur cette partie là de ses finances.

mardi, janvier 4 2011

Sécurité, santé, emploi... : les Français déplorent la dégradation des services publics

4 01 2011

Logo_BVA.jpgGlobalement, le baromètre BVA/Institut Paul Delouvrier souligne depuis 2007 la régulière dégradation de l'opinion des Français à propos de l’action de l’Etat en matière de services publics. Phénomène nouveau : la satisfaction des usagers à l'égard de ces services qui avait tendance à s'améliorer, a baissé cette année pour la première fois (la satisfaction générale reste cependant de bon niveau). Le sondage relève aussi que près d’un Français sur deux se dit prêt à payer plus d’impôts pour les améliorer.
Les résultats sont contrastés selon les secteurs. Après l'éducation nationale et la santé publique, c'est l'action de la police et de la gendarmerie qui enregistre la plus forte baisse d'opinions favorables : un recul de 4 points en un an avec 58 % d'opinions favorables (elles en avaient 72 % en 2005).
L'institut note également que « Il n’y a pas de changement pour la justice dont les niveaux de satisfaction générale des usagers restent faibles (54 % de satisfaits juste devant l’emploi) et qui ne répond pas convenablement aux attentes prioritaires des usagers ».

page 2 de 2 -