Alors que tous les indicateurs étaient au rouge depuis le début de l’année 2009 et que le bilan annuel s’annonçait négatif, l’arrivée de M. Hortefeux au ministère de l'Intérieur aurait permis un retournement de tendance spectaculaire des statistiques de police et de gendarmerie après l’été. Le ministre a pu ainsi annoncer ce jeudi 14 janvier une « baisse de la délinquance de 1 % » en 2009 et s’auto-congratuler devant les journalistes.
Pourtant la crise économique est toujours là. Et elle n’est pas sans effet sur l’activité délinquante au quotidien, tous les acteurs rencontrés sur le terrain en témoignent. C’est du reste aussi ce que l’on peut comprendre à la lecture attentive du détail des données policières sur l’ensemble de l’année 2009. On suppose alors que, mis sous pression par leur hiérarchie pour fournir de « bons chiffres », les policiers et les gendarmes ont été obligés d'aider le ministre à sauver les apparences.
Lire la suite de cet article