Image_pistolet.gifLe thème de « la violence » est devenu central dans le débat public à partir du début des années 1990. Les responsables politiques commentent en permanence diverses statistiques s’y rapportant : violences sexuelles, violences dans « les banlieues », violences à l’école, homicides, braquages, etc. Les médias relayent et illustrent ces interrogations en puisant dans l’intarissable source des faits divers. Dans la population, il est fréquent de commenter « toute cette violence » pour exprimer une inquiétude allant des tags sur des murs de son quartier jusqu’au terrorisme international. C’est dire si beaucoup de choses s’amalgament à travers cette notion de «violence» et si le risque est grand de ne faire qu’ajouter aux discours convenus et aux propos du café du commerce. Les recherches en sciences sociales permettent cependant aujourd'hui de proposer une autre façon d'analyser les choses.