Image_Police_rue_89.jpgA quoi sert la loi ? A changer la société ou bien simplement à occuper l'espace médiatique pour envoyer des messages à l'électorat ? Cette question se pose de plus en plus dans le domaine des politiques publiques de sécurité. Le 30 juillet dernier, dans le "fameux" discours de Grenoble, Nicolas Sarkozy déclarait que "La nationalité française doit pouvoir être retirée à toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d'un fonctionnaire de police ou d'un militaire de la gendarmerie ou de toute autre personne dépositaire de l'autorité publique". Ainsi l'Assemblée nationale a voté ce jeudi 30 septembre, par une courte majorité (75 voix contre 57), une mesure bien plus précise : l'extension de la déchéance de nationalité aux Français naturalisés depuis moins de dix ans condamnés pour meurtre d'agents dépositaires de l'autorité publique. Mais, au fait, combien de policiers et de gendarmes sont réellement tués par des Français "d'origine étrangère" ? Cette loi a t-elle un fondement dans la réalité ?