Image_rapport_ONZUS.jpg Sans surprise, la rapport 2010 de l'Observatoire National des Zones Urbaines Sensibles (ONZUS) entérine une nouvelle dégradation de la situation globale de ces quartiers pauvres en France. La crise qui sévit depuis 2008 (pas pour tout le monde cependant) y provoque une augmentation du chômage plus forte qu'ailleurs. Les hommes jeunes, étrangers et d'origines étrangères, sont particulièrement touchés, y compris désormais ceux qui sont diplômés.
Cette situation est certes à mettre en relation avec la crise économique, mais aussi avec les choix qui, depuis la loi de 2003, ont conduit à concentrer l'essentiel des budgets de la politique de la ville sur les programmes de rénovation urbaine. L'emploi est la première clef de l'insertion dans la société et du passage de la jeunesse à l'âge adulte. Avec la réussite scolaire, ceci devrait être la véritable priorité des politiques publiques comme le souligne justement le collectif Banlieues Respect. Or, ce n'est pas le cas. Dans ce contexte, il n'est pas surprenant que les problèmes de délinquance demeurent au moins aussi importants dans ces quartiers pauvres, voire localement de plus en plus importants.