Photo_mairie_de_quimper.jpgLe maire anime, sur le territoire de la commune, la politique de prévention de la délinquance et en coordonne la mise en oeuvre. Cette disposition de la loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance marque un tournant essentiel dont on célèbre aujourd’hui les cinq ans. L’idée est relativement simple : en détectant le plus en amont possible les comportements inquiétants, on permettrait d’éviter qu’ils dérivent vers une réelle délinquance. Et, du coup, ce repérage a lieu le plus en amont sur l’échelon institutionnel, le plus en proximité : la mairie.
Certes, le maire s’était déjà vu accorder des prérogatives en la matière, mais elles étaient jusqu’alors limitées et il ne se voyait pas reconnu la qualité de coordonnateur. Désormais toute une palette d’informations est censée lui remonter, et une large gamme de réponses est mise à sa disposition pour assurer cette fonction. L’heure d’un premier bilan de ce tournant législatif est venue. Quelles sont les modifications successives apportées à cette loi pour la rendre plus effective ? Les craintes émises en 2007 étaient-elles finalement fondées ?