Image_solidarite.jpgEn France, près de la moitié des ménages allocataires du « RSA socle » le sont depuis plus de trois ans et, comme l’a noté l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES) dans son dernier rapport, l’intensité de la pauvreté ne cesse d’augmenter, notamment dans les régions méditerranéennes et dans le nord de la France. Ce constat est l’expression d’une tendance à l’aggravation des situations de pauvreté au cours de ces dernières années.
Dans un contexte marqué par une absence d’offres d’emploi (et particulièrement d’emplois non qualifiés), les politiques d’insertion des publics en difficulté qui visent essentiellement l’accès à l’emploi, trouvent leur limite face à l’ampleur des effets économiques et sociaux de la crise. Leur mise en oeuvre renforce souvent la solitude des personnes les plus démunies en faisant peser sur chacune d’elles le poids d’une conjoncture particulièrement néfaste. Les personnes pauvres sont dans l’obligation d’adopter des stratégies répondant à leur situation. Nombre d’entre elles s’engagent dans des solidarités de voisinage pour accéder à des biens et à des services essentiels à la vie quotidienne. Ces initiatives de solidarité locales permettent, outre l’amélioration des conditions de vie, de rompre l’isolement et de renforcer les liens de proximité.

Illustration : juste-pour-vous.e-monsite.com