Photo_prison_lemonde.fr.jpgJe l'avoue, je ne suis pas de sensibilité de gauche. Mais je me sens tout à fait en phase avec les propos de Christine Taubira, garde des sceaux, qui entend faire de la prison l'exception. Que l'on cherche à protéger la société en incarcérant les délinquants dangereux, cela ne prête pas à polémique ! Mais que l'on considère l'incarcération comme le remède aux problèmes de délinquance, en banalisant la prison, cela est beaucoup plus contestable et en tout cas, trop facile.
Car, malgré les kyrielles de lois votées sous le précédent quinquennat pour durcir la répression ou pour sanctionner davantage la récidive (six lois en six ans !), les résultats ne sont guère au rendez vous ! Et pour cause, les prisons sont de plus en plus pleines (67 000 détenus pour 57 000 places disponibles, 25 % des personnes incarcérées étant en détention provisoire, c'est-à-dire en attente d'être jugées) avec en outre, un triste constat : 59 % des anciens détenus sont à nouveau condamnés dans les cinq années suivant leur libération.