corruption.jpgNous avons connu les années béton et autoroutières du pompidolisme et du giscardisme finissant assorties de ces célèbres diamants et avions renifleurs, les années fric du mitterrandisme reformé avec Urba mais aussi Elf Aquitaine, puis, la généralisation du conflit d’intérêts, la fin de la séparation de l’argent public et de l’argent privé avec le chiraquisme et enfin, la spéculation financière et les paradis fiscaux du sarkozysme triomphant... Maintenant, avec l’affaire Cahuzac, nous sommes entrés dans des pratiques corruptrices trans-partisanes qui partent des cercles du Front national jusqu’à la gauche de gouvernement. Cette permanence des affaires structure notre vie politique.
L’argent, la politique, le pouvoir, (le sexe on verra plus tard), cette association est banale depuis le début de l’humanité. Dans la course au profit immédiat, la prédation va souvent de paire avec des discours bien lénifiants sur l’égalité républicaine. Mais, par la rotation rapide de ces affaires dans l’actualité et la frilosité de la plupart des propositions politiques, il faut bien se rendre à l’évidence, c’est une bonne part de nos illusions sur la République exemplaire qui disparaît.

Photo : unodc.org