Septemes.jpgDans le cadre d’un Diagnostic local de sécurité demandé par la ville, l’équipe de recherche de l’ORDCS a réalisé notamment une enquête en population générale sur la victimation et le sentiment d’insécurité. L’enquête met en évidence une hiérarchie des victimations inversement proportionnelle à la gravité des faits, ce qui recoupe en bonne partie les résultats des enquêtes nationales. Le première victimation regroupe les violences verbales. Suivent les vols, tentatives de vols et dégradations qui concernent les véhicules. Puis viennent les cambriolages. Les violences physiques sont très rares. Les violences sexuelles sont inexistantes dans l’enquête (mais l’on sait qu’elles sont plus difficiles à déclarer même anonymement). A la demande de la ville, l’enquête a également interrogé les habitants sur les éventuelles discriminations subies. De fait, ces dernières s’avèrent constituer le deuxième type le plus fréquent de victimation.
L’enquête analyse ensuite les opinions sur la sécurité à l’échelle locale ainsi que les peurs personnelles, qui s’avèrent très peu répandues. De façon innovante, l’enquête interroge enfin les habitants sur les politiques publiques qu’il faudrait selon eux conduire en priorité. Loin de privilégier la vidéoprotection, les habitants estiment qu’il faudrait d’abord lutter contre l’échec scolaire, développer la prévention auprès des jeunes et recruter davantage de policiers.

Photo : ectm.fr