Le_pen_medias.jpgLe Point du 28 mai a publié un article exposant comment le nouveau directeur de cabinet de Marine Le Pen, Philippe Martel, s’attribuait le mérite d’une nouvelle stratégie: « écraser » et « attaquer à mort » les « connards de journalistes institutionnels », grâce à un fichage de leurs opinions, études, adresses, etc. Il a, ensuite, démenti le fichage mais non les injures –et sans poursuivre le journal, alors que l’on sait le parti procédurier.
De prime abord, on pourrait voir là la nouvelle étape d’une marotte extrémiste supposée: ficher ses adversaires. C’est dans cette perspective, qui voudrait que le monde journalistique soit hostile, et donc à considérer de la même façon que les militants ennemis, que fonctionne certes cette manie.
Ce n’est pourtant pas suffisant, comme en témoigne une rapide comparaison entre jadis et aujourd’hui.

Photo : lesinrocks.com