banlieue_medias.jpgDans un contexte où s’affirment avec toujours plus de force les extrêmes, pouvons-nous ignorer les effets de ces partis pris sur les représentations collectives ? Ne faut-il pas s’interroger sur les difficultés à se faire entendre pour les habitants d’un quartier attachés à renvoyer une image plurielle de leur identité, et qui ont situé au cœur de leur démarche la notion - non reconnue juridiquement - de « diffamation territoriale » ? Encore moins qu’hier, les chaînes publiques, et plus largement les pouvoirs publics, ne peuvent ni ne doivent s’exonérer de leurs responsabilités dans la lutte contre les discriminations au risque d’accélérer, par le pouvoir létal de l’image, la mort sociale des quartiers.

Illustration : sans-langue-de-bois.eklablog.fr