tente_cncdh.jpgAlertée par le nombre d’évacuations sans précédent enregistré cette année, la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme (CNCDH) s’est saisie de la question du respect des droits fondamentaux des populations vivant en bidonville.
Alors que la circulaire du 26 août 2012 laissait présager une amélioration des conditions de vie des personnes vivant en bidonville, il y a lieu, deux ans après, de formuler le constat que le changement annoncé n’a pas opéré dans le sens attendu. Selon Christine Lazerges, Présidente de la CNCDH, « on est encore très loin du « traitement égal et digne de toute personne en situation de détresse sociale » appelé en préambule de la circulaire ».
Ballotées au gré des évacuations, toujours plus discriminées, voyant leurs droits bafoués, la situation des populations vivant en bidonville s’est détériorée, que ce soit par absence de volonté politique, ou par une politique souvent guidée par une visée répressive et populiste.