test_grossesse.jpgEn 2011, environ 209 000 interruptions volontaires de grossesse (IVG) ont été pratiquées en France. Cela représente environ 14,7 avortements pour 1 000 femmes en âge d’avoir des enfants. Depuis le milieu des années 2000, le nombre d’IVG reste stable, comme le taux d’avortement. En revanche, les caractéristiques des femmes qui y ont recours changent.
Les IVG sont de plus en plus concentrées durant la « jeunesse sexuelle ». Cela coïncide avec l’allongement de cette période, qui s’étend entre l’entrée dans la sexualité, plus précoce, et l’arrivée, plus tardive, du premier enfant. Ce recul de la première maternité, les conditions économiques plus précaires et la forte planification des naissances, expliquent sans doute que davantage de jeunes femmes qui n’avaient pas prévu d’être enceintes ne souhaitent pas mener à terme cette grossesse.