Banlieue.jpgLa thématique des « quartiers sensibles » constitue depuis des années un sujet controversé au sein du débat public. En 2014, 78% de nos concitoyens se disent préoccupés par ce sujet. Toutefois, l’intérêt que les Français portent à cette question a diminué au cours des cinq dernières années. En même temps, le regard que portent nos concitoyens sur les quartiers sensibles s’est durci.
Par rapport à 2009, les Français pensent moins souvent que les quartiers sensibles sont marqués par une forte solidarité entre les habitants, qu’il y a de nombreuses opportunités pour monter des projets, que les jeunes issus de ces quartiers constituent une richesse pour notre pays ou encore que les associations y sont nombreuses et dynamiques. Parallèlement les connotations négatives continuent de dominer : 94% pensent qu’il y a trop de chômage et 92% pensent que la délinquance y est particulièrement présente.
Outre la question de l’emploi, les Français pensent qu’il manquerait, dans les quartiers « sensibles », des activités pour les jeunes (citées par 41% en première ou en deuxième réponse) mais aussi des centres de police de proximité.

Image : lecridupeuple.org