harcelement_scolaire.jpgEn France, le harcèlement concerne 700 000 élèves (soit 12% des écoliers et 10% des collégiens); plus de la moitié des cas se manifeste de façon sévère. C’est le psychologue suédois Dan Olweus qui a, le premier, décrit le phénomène en forgeant le concept de « school bullying » dans les années 1970 : « Un élève est victime de violence ... lorsqu’il est exposé de manière répétée et à long terme à des actions négatives de la part de un ou plusieurs élèves. ». La littérature internationale a, depuis, mis en exergue les conséquences des violences scolaires sur l’équilibre psychologique des élèves, leurs apprentissages et leurs trajectoires sociales et professionnelles à plus long terme. La France s’est emparée assez tardivement de cette question, la traitant d’abord sous l’angle de la délinquance. Les travaux d’Éric Debarbieux (1996, 1999) et de l’Observatoire international de la violence à l’école ont, par la suite, favorisé une compréhension plus fine des formes de violences en milieu scolaire, appréhendées à travers le regard des élèves notamment.

Photo : ouest-france.fr