Construire-la-participation-politique-dans-les-quartiers-populaires.pngL’empowerment a été traduit au Canada par la notion de « développement du pouvoir d’agir des personnes ou des collectivités » ou encore d’« encapacitation ». Ce terme indique un mouvement d’accession au pouvoir. Aux États-Unis, il est utilisé par différents acteurs qui développent des outils de community organizing visant à faire émerger une organisation locale d’habitants pour faire pression sur les décideurs politiques, économiques et médiatiques. Ce mouvement s’est développé au sein de la gauche mais a aussi intéressé dernièrement le Tea Party. Il est aussi utilisé historiquement par le mouvement des suffragettes, des droits civiques des Afro-Américains, puis des homosexuels et les mouvements sociaux. Les agences d’action communautaire destinées à aider les quartiers les plus déshérités, sont créées en 1970 pour lutter contre l’apathie sociale des habitants et produire une plus grande efficacité des projets urbains. La notion d’empowerment s’est aujourd’hui largement diffusée dans le champ associatif américain pour sensibiliser et conscientiser les habitants de leurs propres problèmes.