EDUCATION-RENTREEUne question hante le débat sur l’école, celle de l’échec scolaire et de ses conséquences sociales désastreuses. Les années, les décennies, passent, et rien ou presque ne change. Pourtant le diagnostic existe depuis très longtemps, et les solutions aussi.
En 1966, j’écrivais dans la revue "L’école maternelle" un article présentant les trois volets essentiels du développement des enfants entre 3 et 6 ans : le langage, la psycho-motricité et la socialisation. 50 ans plus tard, au soir de ma vie, je constate que nous n’avons toujours pas réalisé ce progrès décisif. Pourquoi ?
Certes, l’Éducation nationale a compris la nécessité d’agir contre l’échec scolaire. Mais l’on s’y prend mal parce que l’on réagit toujours trop tard.Toutes les tentatives ont échoué parce qu’elles étaient centrées sur le collège. Or, à 11 ou 12 ans, les jeux sont faits depuis longtemps.

Photo : leplus.nouvelobs.com