un-policier-surveille-la-manifestation-contre-l-etat-d-urgence.jpgL'année 2015 marquait les 70 ans de l’ONU, mais l’organisation, jugée « plus vulnérable que jamais », et ses valeurs n’ont pas été à la fête, selon le rapport annuel d’Amnesty. « La répression a été pour ainsi dire monnaie courante en 2015, souligne le secrétaire général, présentée comme nécessaire pour la sécurité nationale, l’ordre public et la protection des valeurs nationales ». Il est apparu que « certains États pratiquaient une surveillance digne d’un roman de George Orwell ». Amnesty dénonce « un assaut massif contre les libertés et les droits fondamentaux », basé sur des « mesures sécuritaires draconiennes ».

Voir aussi :
- Amnesty International critique la réponse « liberticide » de la France aux attentats.
- Amnesty International fustige la gestion par l’Europe de la crise des migrants.
- Après trois mois d’état d’urgence, un bilan contesté et mitigé.
- État d’urgence : le Défenseur des droits invite à « retrouver de la raison ».
- Bilan des saisines consécutives à l’état d’urgence et action du Défenseur des Droits