controle_au_facies.jpgC’était en juin 2015 : l’État était condamné en appel pour des contrôles policiers discriminatoires envers des Noirs et des Arabes. «Une décision géniale», pour Sihame Assbague, porte-parole du collectif «Stop le contrôle au faciès». Mais en octobre, la même déchantait : le Premier ministre, Manuel Valls, avait décidé de lancer un pourvoi en cassation, contre l’avis de la ministre de la Justice d’alors, Christiane Taubira.
Comment l’État justifie-t-il ce pourvoi en cassation alors que François Hollande, pendant sa campagne présidentielle de 2012, avait promis de lutter «contre le délit de faciès» ? Mediapart a eu accès au mémo, rédigé au nom de «l’agent judiciaire de l’Etat», qui «explicite les raisons du pourvoi en cassation de l’État».

Photo : mouv.fr