salle_d__aeroport.jpgVoilà un motif de satisfaction pour le premier ministre, Manuel Valls et le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. Le Parlement européen a adopté en Assemblée plénière, le 14 avril 2016, la directive tant controversée instaurant un transfert par les compagnies aériennes des données sur les passagers de vols intra-européens aux services nationaux de sécurité.
Au risque de gâcher la fête, les apparences sont pourtant trompeuses et de nouveaux rebondissements sont à prévoir. Le PNR (Passenger Name Record), mis en place après les attentats du 11 septembre 2001 entre l’Union européenne (UE) et les États-Unis, est en effet dans le viseur de la justice européenne. Celle-ci doit encore se prononcer sur un autre dossier, le projet d’accord PNR UE-Canada, dont l’issue est de nature à avoir des répercussions sur la directive approuvée ce 14 avril. Un retour à la case départ n’est donc pas à exclure.