welcome_to_reality.jpgAprès les attentats de janvier puis de novembre 2015, le capital sympathie des policiers auprès de la population n'avait jamais été aussi élevé. Cependant, deux rapports récents, l'un sur les contrôles d'identité jugés abusifs, l'autre sur les violences policières en France, viennent remettre en cause le travail quotidien des membres des forces de l'ordre. Faut-il y voir un signe de la fin de l'état de grâce dont bénéficiaient les policiers depuis quelques mois ? Comment et pourquoi des associations en viennent-elles à se mêler des questions de sécurité ? Les policiers français sont-ils si mauvais ?