Touche_pas_a_mon_escroc.jpgArnaud Mimran n’était pas jugé seul à Paris pour l’« escroquerie au carbone ». Mais six des douze co-inculpés de cette affaire hors du commun étaient absents du tribunal : ils étaient en Israël. Avant eux, d’autres personnes impliquées dans l’«escroquerie du siècle» s’étaient également réfugiées dans l’État hébreu, mais elles avaient fini par rentrer en France pour y rendre des comptes.
Si la très grande majorité des juifs français effectuant leur «alyah» («montée» vers Israël) sont parfaitement honnêtes, quelques centaines d’autres ont choisi de s’installer dans l’État hébreu pour échapper à des poursuites judiciaires. Ou alors, ils utilisent Israël comme base de départ pour leurs arnaques commises à l’étranger.

Illustration : cpd-mali.com