Centre_de_retention_du_Canet_a_Marseille.jpgEn 2015, près de 48 000 personnes ont séjourné dans les centres et locaux de rétention administrative. «Une privation de liberté banalisée alors que trop souvent l’enfermement est inutile, voire abusif et illégal», estime le rapport rédigé conjointement par cinq associations (Assfam, Forum réfugiés-Cosi, France terre d’asile, la Cimade, Ordre de Malte France). Seules 46% des personnes enfermées ont ensuite fait l’objet d’une mesure d’éloignement dont près de la moitié à destination d’un pays européen.
Globalement, ces cinq dernières années ont été marquées par la stabilité du nombre d’étrangers enfermés, sans que l’alternance politique n’entraîne de modifications majeures.