manifestation_sanofi.jpgLe parquet de Paris a ouvert une information judiciaire, qui fait suite à l’enquête préliminaire menée sous son autorité depuis septembre 2015. L’instruction est ouverte pour tromperie sur les risques inhérents à l’utilisation du produit et les précautions à prendre ayant eu pour conséquence de rendre son utilisation dangereuse pour la santé de l’être humain, ou tromperie aggravée, et blessures involontaires.
Le dossier est lourd. L’Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait rendu en février 2016 un rapport qui pointait la «faible réactivité» du laboratoire commercialisant la Dépakine, Sanofi, et de l’agence du médicament ANSM, qui n’ont pas suffisamment informé des risques connus pour les patientes enceintes.

Photo : lexpansion.lexpress.fr