Histoire_gendarmerie_2.jpgObjet historique non identifié... C’est le statut dans lequel la recherche avait relégué le gendarme, ce personnage trop civil pour les historiens des armées, surtout intéressés par les opérations, mais trop militaire pour les historiens de la société, prisonniers de la confusion entre la mission de police et la Police, l’une des institutions, civiles, qui en est chargée.
Cette changé, et d’abord grâce aux productions de l’ancien Service historique de la gendarmerie nationale (SHGN) et aux réalisations de l’Université Paris-Sorbonne, dans le cadre d’une convention signée avec la Direction générale de la gendarmerie nationale.