Au terme de dix ans d’enquête policière et sept années d’instruction par la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille, va être enfin jugé le scandale de corruption dit de la tour Odéon, qui avait fait les gros titres lors des premières interpellations sur la Riviera, en novembre 2009.
Parmi les onze prévenus convoqués à la barre, quatre personnages occuperont le centre des débats : Gérard Spinelli, le maire (divers droite) de Beausoleil, une commune dortoir riveraine de Monaco ; Paolo et Claudio Marzocco, deux promoteurs italiens basés à Monaco ; et Ange Romeo Alberti, dit “Lino”, un sulfureux entremetteur, compagnon de Chantal Grundig, la richissime veuve du magnat de l’électroménager.