Ethique.pngIl y a une grande différence conceptuelle et philosophique entre penser ce qu’est notre cerveau, apprendre à le préserver et extrapoler sur ce qu’on voudrait en faire. Il faut reprendre les bases. C’est un organe composé de 200 milliards de cellules, dont chacune est connectée à 50 000 autres. Sa complexité est non seulement immense, mais le cerveau évolue en plus selon l’âge et ce que l’on fait. Il n’y a aucune raison que l’on n’arrive pas, un jour, à connaître ses mécanismes de base puis son fonctionnement, autrement dit décrypter le code neural humain. Mais le rythme de nos progrès est modeste et cela pourrait prendre cinquante, voire cent ans.