manifestation_loi_prostitution.pngAu cours de sa campagne présidentielle de 2012, le candidat François Hollande défendait l’abrogation du délit de racolage public (même passif) mis en place dans le cadre de la Loi de sécurité intérieure de 2003. Le futur président évoque aussi son souhait d’ouvrir le débat sur la possible pénalisation des clients. Si la proposition de suppression du délit de racolage est unanimement soutenue par les travailleuses et travailleurs du sexe et par les associations – associations de prévention, associations communautaires ou associations abolitionnistes –, celle de la pénalisation des clients divise les acteurs concernés. Le 16 mars 2013, place Pigalle, les femmes chinoises sont pour la première fois nombreuses aux côtés d’autres travailleuses et travailleurs du sexe et membres d’associations de soutien.