Manifestation_hostile_a_l__ouverture_d__un_centre_de_deradicalisation_fevrier_2017.jpgL’Europe comptait, début 2017, 2 500 djihadistes en Syrie et en Irak. Près de 700 Français et 500 Belges combattaient alors encore pour Daech. Après les défaites importantes sur le terrain militaire, la question du retour des familles combattantes est un défi politique, policier, juridique, mais aussi éthique, philosophique et éducatif.
Elles s’appellent Marie, Sonia, Henda, Sophie, Laura ou Julie. Musulmanes de naissance ou converties, portant le voile ou ne le portant pas, elles sont par dizaines déjà de retour dans leurs villes, dans leurs familles ou dans des lieux différents, parfois encore dans des camps de réfugiés ou sous la protection des ONG, espérant une solution. Les mères et les enfants français ayant vécu l’horreur sont de retour. Que faire ?

Photo : theconversation.com