Bruno_Le_Maire_avec_Pierre_Gattaz_a_l_universite_d_ete_du_Medef.jpgEn supprimant l’ISF sur les valeurs mobilières, le gouvernement empêche certains dirigeants de sociétés de se retrouver soumis à cette taxe sur la fortune ou poussés à s’installer fiscalement à l’étranger avant leur retraite. En d'autres termes, le gouvernement n'aide pas les entreprises mais les patrons propriétaires de leur entreprise et donc les grandes familles les plus riches. Lire l'article de Libération à ce sujet.
Pendant ce temps-là, une ordonnance modifie la dernière avancée conquise par les salariés en 2015 : le compte pénibilité, jugé trop contraignant pour les entreprises. Exit la reconnaissance de la pénibilité pour charges lourdes, postures pénibles, vibrations mécaniques ou risques chimiques. Lire à ce sujet l'article de Tarik Chakor et Claire Edey Gamassou dans The Conversation.
Photo : liberation.fr