European_investigative_collaborations.jpgLe dossier qui menace le patron allemand d’Airbus, c’est l’affaire Vector, qui fait l’objet depuis cinq ans d’enquêtes judiciaires en Autriche et en Allemagne. Officiellement, cette société britannique, gérée par Airbus Allemagne et dotée de 114 millions d’euros, devait apporter des marchés à l’économie autrichienne, en échange de l’achat par Vienne de quinze avions de chasse Eurofighter en 2003 pour 1,7 milliard d’euros.
En réalité, Vector était « une simple société-écran », une énorme « caisse noire », écrivent les procureurs de Munich dans leurs synthèses de l’enquête. Vector a redistribué, à travers des « contrats fictifs », 104 millions d’euros à des dizaines de sociétés offshore immatriculées dans les paradis fiscaux les plus opaques, comme Chypre, l’île de Man, les îles Vierges britanniques, Hong Kong ou Singapour.