Mercury (Hg)Comment mieux protéger les hommes et l’environnement des dangers du mercure ? C’est la question qui a occupé, du 24 au 29 septembre les signataires de la Convention de Minamata. Le but de cette convention, entrée en vigueur le 16 août dernier, est de préserver la santé humaine et les écosystèmes des émissions et rejets anthropiques de ce produit chimique hautement toxique. Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) estime que 8 900 tonnes de mercure sont rejetées chaque année dans la nature (rejets naturels et anthropiques).
Le mercure est un métal très toxique, capable d’affecter le fonctionnement du cerveau. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il peut provoquer des tremblements et autres symptômes neuropsychiatriques tels que la fatigue, l’insomnie, l’anorexie, la dépression, la nervosité, l’irritabilité ou encore des problèmes de mémoire. Il est particulièrement dangereux pour ceux qui consomment beaucoup de poisson puisqu’il s’immisce dans toute la chaîne alimentaire.