Les_plastiqueurs.jpgLe 21 mai 2013, Dominique Venner, figure de l’extrême droite nationaliste et violente, se suicide dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Celui qui fut un adepte du plastic lors de la guerre d’Algérie et le précurseur de la théorie du « grand remplacement » espérait réveiller les consciences face aux « périls » migratoire et identitaire. Durant des années, Venner fut le héraut de cette droite activiste qui s’adonna à l’action violente et au terrorisme en bénéficiant bien souvent de la clémence des plus hautes sphères de l’État.
C’est l’histoire de cette « droite délinquante » que retrace Frédéric Charpier. Des bombes de l’OAS aux coups de poing des skins néonazis, de l’assassinat de Pierre Goldman à la mort de Clément Méric, on suit une nébuleuse où se côtoient, pendant des décennies, anciens de la Waffen-SS et de la collaboration, braqueurs, mercenaires, chefs d’entreprise, policiers, hommes politiques ou encore agents du renseignement, tous excellant dans l’assassinat, le hold-up ou le plasticage. Et cette histoire n’est pas terminée.