Manifestation_contre_violences_conjugales_2012.jpgLe début d’année 2019 est marqué par des messages alarmistes indiquant une explosion du nombre de femmes tuées par leur conjoint. Des comptabilités se sont mises en place, par des collectifs militants ou des médias. Aux chiffres s’ajoutent des noms, prénoms, descriptions des personnes et des actes. Les responsables sont ainsi convoqués en place publique, on demande de l’action, rapide et forte. Pourtant, l’examen des données réunies depuis 2006 par la Direction de l’Aide aux Victimes du Ministère de l’Intérieur indique une tendance contraire aux discours alarmistes : le nombre de femmes tuées au sein du couple ne cesse de baisser. Qu’est-ce qui fait que cela est si difficile à percevoir et, plus encore, à dire voire même à revendiquer ?

Photo : liberation.fr