Jugés pas efficaces, trop coûteux… Sous le mandat d’Emmanuel Macron, les contrats aidés ont été considérablement réduits. Destinés à favoriser l’emploi des personnes ayant des difficultés d’insertion sur le principe d’une aide financière de l’État à l’employeur, ils sont passés de 320 000 en 2017 à 200 000 en 2018 et de 130 000 à 150 000 contrats sont prévus pour 2019. Entre-temps, ils ont changé de nom et sont devenus les « parcours emploi compétence », avec un taux de prise en charge moins élevé.
Alors, pas efficaces, les contrats aidés ? La dernière étude que leur consacre la Dares sur l’année 2017 montre l’inverse. L’amélioration de la situation sur le marché du travail a aussi bénéficié aux contrats aidés (contrats uniques d’insertion dans les secteurs marchands et non marchands, et emplois d’avenir pour les jeunes ayant entre 16 et 25 ans) : leur taux d’insertion en emploi à six mois a augmenté de 5 points par rapport à 2016.