C._Castaner_et_L._Nunez.jpgPendant que le ministre de l'Intérieur invente une prétendue "attaque de l'hôpital de la Pitié-Salpétrière", et que de nombreux médias ne faisant pas leur travail, relayent sans vérification une autre Fake News (la prétendue "invasion du commissariat de police de Besançon"), le tribunal de Paris juge les manifestants, ou présumés tels, interpelés 1er Mai à Paris. L’utilisation quasi systématique de l’article « participation à un groupement en vue de » violences permet à l’accusation de s’émanciper des faits. Ce sont désormais les intentions et les présupposés qui sont jugés, avec à la clé une effarante distribution de peines de prison.

Photo : ledauphine.com