Le 14 janvier 2019, PG&E, principal fournisseur et distributeur d’électricité et de gaz californien, a annoncé sa faillite et s’est placé le 29 janvier sous la protection du Chapitre 11 (loi américaine sur les faillites introduisant une procédure de sauvegarde). Cela a conduit le Wall Street Journal à titrer, « C’est la première faillite liée au changement climatique et probablement pas la dernière ».
Peut-on vraiment parler de faillite climatique ? La principale raison de la faillite relève des dommages et intérêts que PG&E devra verser aux victimes à la suite des défaillances d’entretien de son réseau. Et PG&E a un long historique de négligence en la matière comme l’indique le gouverneur de Californie, l’incident de 2017 n’étant que le dernier en date.