Éric Chabrière, professeur de biologie structurale à l’université d’Aix-Marseille, et membre de l’IHU, a écrit un court mais fascinant article dans lequel il analyse l’évolution du cours en bourse de l’action des principaux industriels pharmaceutiques (Gilead, Sanofi, Roche, GlaxoSmithKline et Abbvie) entre janvier et mai 2020. Le résultat est éloquent. Il confirme le match à distance opposant son médicament (le Remdesivir) à l’hydroxychloroquine. Ces échanges d’actions approchent les 11 milliards de dollars dans cette période et ont peut-être occasionné d’importants délits d’initiés.