L'analyse des statistiques sanitaires montre que l'épidémie a beaucoup évolué. La mortalité et les hospitalisations se sont considérablement réduites. Le virus continue à circuler mais sous une forme moins virulente et seulement dans certaines régions plus urbaines et plus touristiques. L'alarmisme anxiogène qui prévaut toujours dans la communication officielle n'est donc pas fondé.