Nous n’avons pas l’habitude à l’Observatoire des inégalités de commenter les variations des inégalités et de la pauvreté d’une année sur l’autre. Elles sont le plus souvent trop faibles pour qu’on puisse y lire un effet significatif. Mais les données 2018 publiées par l’Insee marquent une inflexion trop forte pour qu’on ne s’y arrête pas. Le taux de pauvreté au seuil de 50 % du niveau de vie médian passe de 8 % à 8,4 % en un an. Le nombre de pauvres augmente de 250 000. Le rapport entre la masse des revenus perçue par les 10 % du haut de l’échelle et les 40 % d’en bas passe de 1,06 à 1,12. Ce n’est pas une explosion des inégalités mais, comme le souligne l’Insee, la remontée est nette.