Le 24 septembre dernier, l’Assemblée nationale entendait l’Observatoire national de la protection de l’enfance (ONPE) dans le cadre d’une mission d’information relative aux « Problématiques de sécurité associées à la présence sur le territoire de mineurs non accompagné ».
L’ONPE vient de publier sur son site une note sur le sujet de la délinquance de ces jeunes. Selon lui « Il s’avère que la plupart des juridictions et services éducatifs de France ne sont en réalité pas ou peu confrontés à ce type de situation, relativisant ainsi l’ampleur du phénomène ». Pour conclure que « le phénomène d’exploitation des êtres humains peut être mis en lien avec la délinquance d’une partie des mineurs non accompagnés, agissant sous l’emprise de réseaux structurés, similaires sinon identiques aux réseaux qui exploitent le travail ou la prostitution d’enfants ». Il y a de fortes chances que cette étude et les travaux d’Olivier Peyroux, également entendu par la Mission parlementaire, soient fort utiles aux nombreux plaignants ayant assigné un polémiste ayant qualifié tous les mineurs migrants de « voleurs », « assassins » et « violeurs ».