Livre_hirsch_pandemie_2020.jpgJe crains désormais la logique délétère d’une obstination gouvernementale déraisonnable. Je l’interprète comme consécutive à une usure, certes bien compréhensive, inhérente à cette lutte menée entre soi contre un phénomène planétaire et sociétal sans précédent, à une détresse et peut-être une forme de sidération ou alors de panique.
Chaque jour, ceux qui dénoncent un suicide collectif ou une forme d’euthanasie économiquement assistée sont plus nombreux et mieux compris par les Français que ceux qui les gouvernent. Non seulement ils en appellent à une réanimation de la concertation politique, mais tout autant au droit d’assumer en toute responsabilité leur droit à vivre dignement leurs valeurs d’engagement. Ils les opposent au devoir de mourir dans l’acceptation de mesures dégradantes décrétées au nom d’un intérêt supérieur inavouable car injustifiable.
Notre démocratie risque de ne pas résister plus longtemps à une sédation politique qui ne laisserait plus comme droit et comme ultime liberté qu’une sédition populaire dont on sait qu’il est urgent et sage de comprendre comment l’éviter.