Image justiceDans un communiqué du 8 mars 2011, l'Association Française des Magistrats Instructeurs dénonce le déclin organisé de la répression de la délinquance économique et financière à Paris : « Les enquêtes économiques et financières sont en danger à Paris. Depuis deux ans, le Ministère de la Justice réduit significativement les moyens humains et matériels des enquêtes au pôle économique et financier du TGI de Paris. Les effectifs des juges d'instruction diminuent (...). Parallèlement, le Ministère de la Justice réduit d'un tiers la surface des locaux de l'instruction, pour y installer des services administratifs. On pourrait croire que cette réduction de l'instruction s'accompagne d'une extension du parquet économique et financier. Il n'en est rien. (...) Pour la section financière, on est donc passé en trois ans de 26 à 18 magistrats (juges d'instruction plus parquetiers), soit une baisse d'un tiers. Par ailleurs, il ne reste que quatre assistants spécialisés, sur les dix assistants spécialisés prévus à la naissance du pôle. Tels sont les moyens judiciaires alloués au pôle de la rue des Italiens, au moment où cette vitrine de la lutte contre la délinquance économique et financière en France doit enquêter, notamment, sur des escroqueries massives à la TVA sur les droits carbone, des escroqueries aux encarts publicitaires au préjudice de milliers de français, l'affaire dite des biens mal acquis, un volet de l'affaire dite de Karachi... ».
Ceci illustre une tendance générale sur laquelle nous avions déjà alerté il y a quelques mois.